GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
LUFR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

NATIONS CUP
Les 16 meilleurs pilotes s'affrontent dans une course ultime en ligne pour la couronne !
Finale mondiale - Nations Cup 2020
20/12/2020

Pour beaucoup de gens du monde entier, 2020 sera une année à oublier. Mais pas pour le pilote japonais Takuma Miyazono, qui est devenu le nouveau champion de la Nations Cup des FIA GT Championships. Sa victoire termine en beauté une année incroyable pour ce jeune homme de 20 ans, qui avait déjà remporté le World Tour 2020 - Sydney en février avant que la pandémie mondiale ne mette un terme aux événements en direct. La suite de la compétition, qui s'est purement déroulée en ligne, a vu Miyazono continuer là où il s'était arrêté en remportant les séries en ligne asiatiques de la Nations Cup puis en gagnant la finale régionale d'Asie/Océanie. La semaine des finales mondiales lui aura également été bénéfique, puisqu'il a non seulement gagné la GR Supra GT Cup de Toyota, mais aussi aidé à remporter le titre pour Subaru dans les Manufacturer Series. Le triomphe est devenu total lorsqu'il a remporté la Nations Cup, réalisant ainsi un grand chelem en gagnant les trois compétitions du week-end.
La finale mondiale de la Nations Cup s'est tenue le dernier jour des FIA Gran Turismo Championships 2020. Les 16 pilotes les plus rapides du monde venant de 10 pays différents s'étaient qualifiés par le biais des finales régionales en ligne et étaient désormais réunis une dernière fois en ligne pour une ultime course.

Le format de la compétition de cette année a dû être légèrement revu en raison de la pandémie mondiale. Les joueurs se sont affrontés dans trois courses en ligne et les grilles de départ se décidaient au terme d'une manche qualificative de 10 minutes. Des points étaient attribués aux 10 meilleurs pilotes, la grande finale octroyant le double de points. De plus, les pilotes vainqueurs de la saison ont reçu des points World Tour qui ont compté dans ce championnat, faisant de Coque López d'Espagne (vainqueur de la région EMEA) et Adriano Carrazza du Brésil (vainqueur de la région Amériques) les deux hommes de tête. Mais c'est Takuma Miyazono (vainqueur de la région Asie/Océanie et du World Tour 2020 - Sydney) qui a accumulé le plus de points et paraissait incroyablement difficile à vaincre après ses victoires des jours précédents dans la GR Supra GT Cup et les Manufacturer Series.

Course 1

Le premier affrontement de la journée était une course d'endurance de 13 tours sur l'emblématique Fuji International Speedway situé dans la préfecture de Shizuoka, au Japon. La voiture imposée était la nouvelle Toyota GR Yaris, dont un authentique exemplaire se trouvait dans le studio GT qui hébergeait la diffusion des finales mondiales. Les pilotes devant effectuer au moins un tour sur pneus moyens et durs, l'aspect stratégique du passage aux stands allait s'avérer primordial. La pole position pour cette course 1 était occupée par le Japonais Miyazono (Kerokkuma_ej20), qui avait vaincu les Italiens Giorgio Mangano (Williams_Gio) en P2 et Valerio Gallo (Williams_BRacer) en P3 lors des qualifications. En 4e position se trouvait le Néerlandais Rick Kevelham (HRG_RK23).

Le départ lancé a vu les concurrents se précipiter sur le premier virage, alors que Miyazono menait le groupe et repoussait les assauts de Mangano. Les sept premières voitures, équipées de pneus moyens, ont tout tenté pour se dépasser mutuellement dans chaque section du circuit. L'Espagnol Coque López (Williams_Coque14), champion régional EMEA, n'a pas eu de chance lors des qualifications : il a démarré en 8e position et était en plus sous le coup d'une pénalité d'une seconde pour avoir ignoré les limites de la piste lors du premier tour de la course.

Au début du 5e tour, Mangano est parvenu à dépasser Miyazono et a pris la tête de la course au niveau du premier virage. Puis c'est l'autre Italien, Gallo, qui a profité du virage en épingle lors du 6e tour pour s'emparer de la 2e place. Les premiers passages aux stands sont intervenus à la moitié de la course, mais les sept pilotes en tête, tous sur pneus moyens, ont décidé de ne pas s'arrêter.

Lors du 7e tour, de nombreux pilotes de tête, notamment Miyazono, mais pas Mangano et Gallo, sont entrés aux stands pour changer leurs pneus moyens en pneus tendres. Le Chilien Angel Inostroza (YASHEAT_Loyrot), qui avait la 4e place, a fait une erreur cruciale lorsqu'il a choisi par erreur un autre ensemble de pneus moyens au lieu de durs, ce qui lui demanderait plus tard de faire un arrêt supplémentaire aux stands. Au 8e tour, les deux Italiens en tête de course sont rentrés aux stands pour équiper leurs pneus durs avant de ressortir en conservant leur place. Avec quatre tours restants, c'était un sprint jusqu'à l'arrivée entre les cinq premières places respectivement occupées par Mangano, Gallo, Miyazono, Kevelham et le Japonais Ryota Kokubun (Akagi_1942mi). Inostroza a cependant décidé de s'inviter à la fête en rivalisant avec les pilotes de tête, choisissant de ne pas faire son arrêt aux stands obligatoire trop tôt. Il a percuté Mangano, menaçant de lui prendre la première place, puis a fait de même avec Gallo et Miyazono qui devaient certainement prier le pilote chilien de bien vouloir s'écarter du passage. Mais du point de vue de tous les autres pilotes, Inostroza s'amusait beaucoup trop pour vouloir rentrer aux stands.

Au 11e tour, Gallo a repris la tête pendant la ligne droite, se bagarrant avec son compatriote à l'entrée du premier virage et parvenant à le dépasser à la sortie ; mais il a pris la courbe Panasonic (virage 16) un peu trop large, ce qui a permis à Mangano de repasser en 1re place, Inostroza sur ses flancs. Les trois voitures sont apparues ensemble alors qu'elles entamaient la ligne droite à 240 km/h.

Le 12e tour a vu le Japonais Tomoaki Yamanaka (yamado_racing38), qui était parvenu à remonter en 4e position, prendre la place de son compatriote Miyazono dans le virage 13, récupérant ainsi la 3e place. Cela a semblé perturber le mental de Miyazono car Serrano et Kevelham en ont profité pour le dépasser dans le virage suivant, le laissant en 7e position. Lorsque Inostroza est enfin rentré aux stands, Gallo en a profité pour dépasser Mangano et reprendre la tête ; mais Yamanaka, le seul pilote parmi les six premiers encore en pneus moyens, plus rapides, rôdait dans les parages. Cependant, lorsque le pilote japonais a essayé de doubler Mangano dans le 300R (virage 9), il n'a eu d'autre choix que de s'écarter de sa trajectoire de course et a suffisamment ralenti pour laisser passer Serrano et Kevelham. En un clin d'œil, Yamanaka est tombé de la 2e à la 5e place.

La course s'est terminée avec la victoire de Gallo, suivi par Mangano, Serrano et Kevelham, tandis que le Canadien Andrew Brooks (PX7-Deafsun), qui avait commencé en 9e position, est parvenu à décrocher la dernière place du quinté de tête. Miyazono a terminé sur une décevante 9e place, ne marquant que deux points.

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Valerio Gallo Williams_BRacer 24:25.080
2 Giorgio Mangano Williams_Gio +01.316
3 Jose Serrano PR1_JOSETE +01.453
4 Rick Kevelham HRG_RK23 +01.774
5 Andrew Brooks PX7-Deafsun +02.124
6 Coque López Williams_Coque14 +02.597
7 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 +02.825
8 Ryota Kokubun Akagi_1942mi +03.339
9 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +03.514
10 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +03.729
11 Ádám Tápai TRL_ADAM18 +03.831
12 Lucas Bonelli TGT_BONELLI +07.355
13 Adriano Carrazza KoA_Didico15 +07.414
14 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +08.347
15 Baptiste Beauvois PRiMA_TsuTsu +09.125
16 Angel Inostroza YASHEAT_Loyrot +16.900

Course 2

Des conditions difficiles attendaient les pilotes pour la course 2, car la pluie s'est mise à tomber sur la piste du Tokyo Expressway - Boucle extérieure Est. En raison de la route glissante, les pilotes n'allaient pouvoir compter que sur les pneus pluie, ce qui signifiait aussi qu'il n'y aurait pas d'arrêts aux stands sur cette épreuve en 13 tours. La voiture à l'honneur était la Porsche 911 RSR, et tout pilote professionnel vous dira que gérer une voiture de course dotée d'un moteur à propulsion arrière sur route mouillée n'est pas chose facile. Le Japonais Takuma Miyazono, après une 9e place décevante lors de la première course, a montré son envie d'en découdre en postant le temps le plus rapide lors des qualifications et en prenant la pole position. Le jeune pilote espagnol Jose Serrano, âgé de 18 ans seulement, a pris place à ses côtés en 2e position, suivi par le Japonais Ryota Kokubun et le Hongrois Patrik Blazsán (Williams_Fuvaros).

La bagarre a commencé dès le départ, avec Serrano qui a atteint les 260 km/h dans la ligne droite pour prendre la tête de la course devant Miyazono.

Kokubun, profitant de l'occasion, a également dépassé Miyazono, mais ce dernier a vite repris la 2e place dès le virage suivant. Alors que toutes les voitures sur la piste se démenaient, le pilote canadien Andrew Brooks a gagné deux places pour atteindre la 5e position et s'est mis à défier Kokubun pour la P4 dès le 2e tour. Miyazono, pendant ce temps, dépassait Serrano pour reprendre la tête dans la ligne droite. Alors que les pilotes faisaient de leur mieux pour rester sur la piste malgré les inévitables glissades, Miyazono, Serrano et Blazsán avaient creusé un écart de 2 secondes avec le reste du groupe.

Remontant furieusement depuis le groupe de queue, le Brésilien Lucas Bonelli (TGT_BONELLI) est parvenu à décrocher la 5e place, lui qui avait fait preuve d'une vitesse impressionnante tout le week-end. Il s'est retrouvé au milieu d'une lutte acharnée entre Kokubun, Brooks et Gallo, qui occupaient les places de P4 à P7. L'Espagnol Coque López a rejoint le groupe au 4e tour, grimpant depuis la P11 pour défier Bonelli en 7e place.
À ce moment de la course, la tactique de Miyazono et Serrano est devenue claire : ils travaillaient ensemble dans les longues lignes droites en profitant mutuellement de leurs aspirations pour se détacher des autres pilotes. La collaboration entre les deux a semblé porter ses fruits puisqu'ils disposaient d'une avance de 4,5 secondes au 7e tour. Pendant ce temps, le pilote français Baptiste Beauvois (PRiMA_TsuTsu) et le pilote chilien Angel Inostroza ont rejoint le groupe constitué de Gallo, Bonelli et López.

À la moitié de la course, les pilotes de tête étaient donc séparés en trois groupes : Miyazono et Serrano devant ; Blazsán et Kokubun quelques secondes derrière ; et Gallo, Brooks, Beauvois, Bonelli et López qui suivaient à quelques secondes d'intervalle. Cet ordre est resté inchangé un long moment tandis que les pilotes recherchaient l'adhérence à tout pris, faisant attention à ne pas perdre les commandes de leurs voitures respectives, mais la bataille a tout de même fait rage.

Au 11e tour, il est devenu évident que Miyazono ou Serrano allaient gagner la course avec leurs cinq secondes d'avance. Après avoir travaillé de concert pendant la majorité de la course, tout le monde se demandait quand et comment ils allaient s'attaquer mutuellement.

Le point de rupture est survenu au début du dernier tour lorsque Serrano, au volant de sa Porsche jaune, a profité de l'aspiration de la 911 blanche de Miyazono pour prendre la tête. Tout ce qu'il avait besoin de faire ensuite était de conserver sa place, mais Miyazono avait d'autres plans en tête. Bien que le pilote japonais avait défié le pilote espagnol pendant plusieurs tours, il avait en réalité gardé un atout pour le dernier virage. Alors que les voitures s'approchaient de l'épingle à droite, Miyazono s'est déplacé à l'extérieur tandis que Serrano défendait sa ligne ; mais au dernier moment, Miyazono s'est rabattu à l'intérieur du virage, forçant Serrano à prendre une sortie large.

La trajectoire plus courte de Miyazono lui a ainsi permis de sortir en tête. Serrano a tout fait pour reprendre la place de la Porsche blanche de Miyazono dans la ligne droite, mais le pilote japonais a tenu bon et s'est emparé de la victoire avec seulement 0,022 seconde d'avance. Malgré tout, avec une arrivée en 2e place, Serrano a marqué les points qu'il fallait pour rester en tête du classement aux côtés de Miyazono, avec 25 points chacun juste avant le départ de la toute dernière course.

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 28:54.273
2 Jose Serrano PR1_JOSETE +00.034
3 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +03.072
4 Ryota Kokubun Akagi_1942mi +06.318
5 Andrew Brooks PX7-Deafsun +07.284
6 Coque López Williams_Coque14 +09.294
7 Baptiste Beauvois PRiMA_TsuTsu +09.330
8 Lucas Bonelli TGT_BONELLI +11.046
9 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +12.241
10 Valerio Gallo Williams_BRacer +12.288
11 Giorgio Mangano Williams_Gio +14.093
12 Angel Inostroza YASHEAT_Loyrot +14.162
13 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 +18.389
14 Ádám Tápai TRL_ADAM18 +19.246
15 Rick Kevelham HRG_RK23 +20.322
16 Adriano Carrazza KoA_Didico15 +20.884

Grande finale

Pour les gens qui pensaient que le titre de la Nations Cup 2020 était joué d'avance après la course 2, ç'a été une surprise lorsque les deux leaders en termes de points, le Japonais Takuma Miyazono et l'Espagnol Jose Serrano, ont eu une session de qualifications décevante au volant de l'élégante Mazda RX-Vision GT3 Concept, n'obtenant respectivement que les 7e et 8e places pour la grande finale. Les points valant le double au cours de cette course sur le légendaire circuit de la Sarthe, foyer des 24 Heures du Mans, les pilotes qui pensaient être hors-jeu ont découvert qu'ils avaient encore toutes leurs chances de remporter le titre de 2020. Parmi eux se trouvait l'Italien Valerio Gallo, qui a posté un temps extraordinaire de 3:52.300 et s'est ainsi emparé de la pole position, avec à ses côtés au premier rang le Japonais Ryota Kokubun.

Comme à chaque grande finale, la stratégie des arrêts allait s'avérer cruciale car les pilotes avaient l'obligation d'effectuer au moins un tour sur pneus tendres, moyens et durs, avec un ravitaillement de carburant nécessaire puisqu'un plein complet n'allait pas suffire à boucler les 10 tours de circuit.

Les voitures ont démarré la course dans le calme et se sont vite dirigées vers le virage Dunlop. Le pilote brésilien Adriano Carrazza, champion régional des Amériques, a profité de la mêlée et de ses pneus tendres pour dépasser le pilote japonais Tomoaki Yamanaka qui occupait la 3e place ainsi que Kokubun et prendre ainsi sa 2e place, tandis que Miyazono dépassait le pilote néerlandais Rick Kevelham (HRG_RK23) pour récupérer la 6e place. L'ordre de course s'est ainsi établi lors du premier tour, tandis que Gallo en tête et Carrazza derrière lui, les deux seuls en pneus tendres, cherchaient à prendre de l'avance sur les autres pilotes.

Au début du 2e tour, ceux équipés de pneus durs ont franchi la ligne en étant heureux d'être débarrassés de cette corvée d'un tour. Ensuite, la bataille pour la 3e position s'est mise en place entre Miyazono et le pilote australien Cody Nikola Latkovski (Nik_Makozi), habitué des premières places ; ces derniers ont fini par rattraper l'Italien Giorgio Mangano et Kokubun dans le virage d'Indianapolis.

Dans la ligne droite de Mulsanne, avec leurs voitures fonçant à 280 km/h, Latkovski a réussi à doubler Kokubun et Mangano, gagnant deux places dans l'opération. Miyazono est ensuite parvenu à faire encore mieux en dépassant Kokubun, Mangano et Latkovski en une fois, s'emparant de la P3. Au tour suivant, Gallo, Carrazza et Miyazono se sont précipités aux stands. Les deux leaders ont opté pour des pneus moyens tandis que Miyazono a pris des tendres. La tête de la course est donc revenue à Latkovski, suivi de Mangano et Kokubun, alors que Gallo, Carrazza et Miyazono revinrent respectivement sur la piste en P7, P8 et P9. Après une moitié de tour, Latkovski et Mangano ont échangé leurs positions, profitant de leurs aspirations pour monter leur avance à 1,5 seconde.

Le 5e tour a vu un bel affrontement dans le groupe du milieu lorsque l'Espagnol Coque López a doublé deux voitures pour obtenir la 6e place, laissant Kokubun et Kevelham loin derrière. Pendant ce temps, l'autre Espagnol et co-leader en matière de points, Jose Serrano, s'est stabilisé en 11e position, incapable de trouver son rythme et tirant définitivement un trait sur le championnat. Les deux chefs de file, Latkovski et Mangano, ont ensuite fait leurs arrêts aux stands, optant tous les deux pour des pneus durs et permettant ainsi à Gallo et Miyazono de reprendre la tête du classement.

Au 6e tour, Kevelham (sur pneus tendres) dépassa Latkovski (sur pneus durs) pour prendre la 4e place, mais il lui restait du chemin à parcourir pour remonter à la 3e place occupée par Carrazza, qui avait 7 secondes d'avance sur le Néerlandais. Au début du 7e tour, 11 des 16 voitures se sont arrêtées aux stands, réinitialisant une fois de plus l'ordre de course sans perturber les deux positions de tête occupées par Gallo et Miyazono. Miyazono a ensuite piégé Gallo dans l'Indianapolis et l'a dépassé de manière parfaite. Derrière eux, Carrazza a reçu une pénalité pour franchissement de bordure et dû laisser Kokubun, Latkovski, Yamanaka et Mangano se battre pour la P3. Bien qu'ils roulaient sur pneus tendres, Miyazono et Gallo étaient trop loin devant pour être rattrapés, et la grande finale allait donc se jouer entre ces deux pilotes.

Comme on pouvait s'y attendre, Gallo a tenté son coup dans l'Indianapolis, profitant de l'aspiration de la voiture blanche de Miyazono pour le dépasser sur l'extérieur.

Miyazono l'a suivi de près, cherchant une ouverture dans les derniers virages de la course, mais Gallo n'a rien laissé au hasard et est resté en tête jusqu'à la fin de la course pour la victoire. Il a été suivi par Miyazono, Latkovski et Yamanaka.

La victoire a catapulté l'italien en 2e position en termes de points, mais le championnat de la Nations Cup, et tout le reste du week-end, ont entièrement appartenu à Takuma Miyazono, qui a fini triplement couronné des finales mondiales de 2020 en gagnant la GR Supra GT Cup, les Manufacturer Series et la Nations Cup dans ces trois jours de course. Pour l'accompagner sur le podium se trouvaient Gallo et le Japonais Ryota Kokubun, qui a pris la 3e place après être arrivé 5e dans la grande finale.

Miyazono dira après la course : "Je ne pensais vraiment pas gagner. Je suis heureux, mais lorsque j'ai franchi la ligne d'arrivée, j'étais en 2e position et j'ignorais si j'avais gagné ou non le championnat. Quant au fait d'avoir gagné tous les événements de ce week-end, je n'ai pas bien réalisé ce que j'avais fait avant tout à l'heure, et je n'y crois toujours pas à vrai dire. Avec ma victoire à Sydney, j'ai vraiment eu une bonne année qui s'achève donc avec ces finales mondiales, mais je sens que je dois quand même continuer à m'entraîner, alors comptez sur moi pour revenir encore plus fort l'année prochaine."

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Valerio Gallo Williams_BRacer 40:10.038
2 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +00.622
3 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +05.280
4 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 +06.164
5 Ryota Kokubun Akagi_1942mi +07.453
6 Lucas Bonelli TGT_BONELLI +07.590
7 Giorgio Mangano Williams_Gio +07.733
8 Andrew Brooks PX7-Deafsun +08.418
9 Adriano Carrazza KoA_Didico15 +08.561
10 Ádám Tápai TRL_ADAM18 +09.471
11 Angel Inostroza YASHEAT_Loyrot +09.812
12 Jose Serrano PR1_JOSETE +09.972
13 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +14.070
14 Rick Kevelham HRG_RK23 +14.428
15 Coque López Williams_Coque14 +20.345
16 Baptiste Beauvois PRiMA_TsuTsu DNS

Résultats de la finale mondiale - Nations Cup 2020

CLASSEMENT PILOTE Points World Tour COURSE 1 COURSE 2 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 11 2 12 20 45
2 Valerio Gallo Williams_BRacer 5 12 1 24 42
3 Ryota Kokubun Akagi_1942mi 7 3 7 12 29
4 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi 7 1 2 16 26
5 Jose Serrano PR1_JOSETE 7 8 10 0 25
6 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 6 4 0 14 24
7 Andrew Brooks PX7-Deafsun 6 6 6 6 24
8 Giorgio Mangano Williams_Gio 1 10 0 8 19
9 Lucas Bonelli TGT_BONELLI 5 0 3 10 18
10 Coque López Williams_Coque14 8 5 5 0 18
11 Adriano Carrazza KoA_Didico15 8 0 0 4 12
12 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros 3 0 8 0 11
13 Baptiste Beauvois PRiMA_TsuTsu 6 0 4 0 10
14 Rick Kevelham HRG_RK23 2 7 0 0 9
15 Angel Inostroza YASHEAT_Loyrot 7 0 0 0 7
16 Ádám Tápai TRL_ADAM18 4 0 0 2 6
FIA GT Championships 2020 | Nations Cup | Finales mondiales | Finale
Ne manquez pas la consécration du champion de la 3e Nations ...

Retour à la liste