GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
LUFR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

NATIONS CUP
La finale régionale Asie/Océanie plante le décor d'une nouvelle confrontation Miyazono/Latkovski !
Séries 2020 Nations Cup - Finale régionale (Asie/Océanie)
06/12/2020

Après les deux palpitantes finales régionales Europe/Moyen-Orient/Afrique (EMEA) et Amériques, il était temps de passer à la troisième et dernière : la région Asie/Océanie. Beaucoup prédisaient que cette journée serait la plus disputée de toutes, puisque la quasi-totalité des 16 concurrents pouvait encore espérer battre le champion du World Tour 2020 - Sydney, le Japonais Takuma Miyazono, et accéder à la finale mondiale 2020 en grand favori. Comme pour l'EMEA et les Amériques, les pilotes participaient tous par vidéo : 10 Japonais, 3 Australiens (parmi lesquels Emily Jones, première femme à accéder à une course régionale), 1 Néo-Zélandais et deux concurrents de Hong Kong.

Pour cette édition 2020, la compétition était répartie en trois grandes régions : Asie/Océanie, Amériques et EMEA (Europe/Moyen-Orient/Afrique). Chacune d'elles réunissait ses 12 meilleurs pilotes et quatre joueurs issus de l'étape supplémentaire (un contre-la-montre en ligne), pour un total de 16 participants. Pour les trois courses, les grilles de départ se décidaient au terme d'une manche qualificative de 10 minutes, au cours de laquelle des points étaient attribués aux 10 meilleurs pilotes.

Takuma Miyazono (Japon) ayant déjà son billet pour la finale mondiale, seuls trois joueurs allaient se qualifier en Asie/Océanie. (Note : huit pilotes issus de la finale EMEA et quatre des Amériques accèdent à la finale mondiale.) Les choses n'allaient pas tarder à chauffer, tandis que les pilotes rejoignaient la première grille de la journée.

Course 1

Comme prévu, Takuma Miyazono (Kerokkuma_ej20) allait devoir montrer les crocs pour rester dans la course, battant d'un cheveu son compatriote Ryota Kokubun (Akagi_1942mi) pour la pole de la Course 1 sur le Red Bull Ring. Pour cette course en neuf tours au volant de Gr.B, les pilotes avaient pour obligation de rouler exclusivement sur pneus durs (aucun arrêt aux stands). Derrière la Peugeot RCZ de Kokubun et la Honda NSX de Miyazono, la Peugeot RCZ de l'Australien Cody Nikola Latkovski (Nik_Makozi) était suivie de Kanata Kawakami (SG_Kawakana) dans une Toyota 86. Pour ce premier départ, seules 15 voitures s'alignaient sur la grille, le Japonais Tomoaki Yamanaka, l'un des favoris avec sa deuxième place aux qualifications, n'ayant pu rejoindre l'événement en raison de problèmes techniques.

Le départ donné, les pilotes affichaient une évidente prudence, sans doute pour gérer le stress et faire monter les pneumatiques à la bonne température avant d'entreprendre une manœuvre plus audacieuse. Dès le 2e tour, les deux hommes de tête se détachaient et annonçaient la couleur. À la moitié du tour, les choses se compliquaient en milieu de peloton, avec seulement 1 seconde entre le 6e et le 11e. L'Australienne Emily Jones (emreeree) menait la danse dans sa Toyota 86 et montrait aux hommes qu'ils allaient devoir compter avec elle.

À mi-parcours, Miyazono et Kokubun avaient 1,5 seconde d'avance sur le Latkovski, qui jouissait lui-même du même écart avec le 4e, Kawakami, suivi du Néo-Zélandais Matthew McEwen (AE_McEwen) dans une Nissan GT-R.

Au 6e tour, MeEwen tentait de passer Kawakami et se retrouvait côte à côte dans le 5e virage, sans toutefois parvenir à ses fins, tant le Japonais semblait décidé à ne pas céder sa place au Kiwi. De son côté, Jones venait de laisser passer deux voitures et permettait au duo japonais Shunsuke Imamura (DOJO_Racing_Shun) et Takuma Morita (hide250sp) de prendre la 6e et 7e place. Au début du 7e tour, Kokubun se décollait du pare-chocs arrière de la NSX de Miyazono pour tenter de le passer. McEwen s'apprêtait à en faire autant avec Kawakami.

Début du 8e tour... C'était maintenant ou jamais pour Kokubun, qui attaquait dans le 2e virage avec un freinage tardif dans l'épingle et passait enfin Miyazono. Le Japonais n'allait pas se laisser faire, plaçant rapidement sa NSX au niveau de la RCZ et reprenant sa place un virage plus loin.

Les deux voitures n'allaient plus se quitter jusqu'au 2e virage du tour suivant, le dernier. Kokubun prenait à nouveau l'intérieur et rejouait la manœuvre presque à l'identique. Contrairement au tour précédent, Miyazono s'écartait un peu trop dans le virage 3 et laissait remonter son rival. La RCZ et la NSX allaient rester côte à côte sur plusieurs virages. Kokubun semblait toutefois plus déterminé à s'imposer et finissait par se glisser en tête dans le tout dernier virage. Il remportait de façon remarquable cette première course et laissait clairement comprendre à Miyazono qu'il venait pour la couronne. Toujours aussi régulier, Latkovski terminait 3e, devant McEwen (4e) et Kawakami (5e).

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Ryota Kokubun Akagi_1942mi 13:59.344
2 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +00.258
3 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +02.020
4 Matthew McEwen AE_McEwen +05.682
5 Kanata Kawakami SG_Kawakana +05.828
6 Shunsuke Imamura DOJO_Racing_shun +06.593
7 Takuma Morita hide250sp +06.863
8 Emily Jones emreeree +07.527
9 Shogo Yoshida gilles_honda_v12 +07.761
10 Soma Iseri Arrow71sr +07.907
11 Yuhki Araki DW-yuhki02 +09.528
12 Tatsuya Sugawara blackbeauty-79 +14.061
13 Dylan Lindgren dylanlindgren +14.468
14 Jonathan Wong saika159- +14.898
15 Calvin Tong JinKYOSUKE +19.681
16 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 DNS

Course 2

Pour la deuxième course de la journée, les pilotes allaient devoir effectuer 7 tours sur le redoutable Mount Panorama Motor Racing Circuit au volant de Gr.3 (et sur pneus durs exclusivement). Comme décrit précédemment, la grille de départ dépendait d'une session de qualification sur 10 tours. Les candidats partaient donc à nouveau sur un pied d'égalité. Le Japonais Tomoaki Yamanaka, revenu de ses problèmes techniques, terminait 7e. Quelques noms familiers en tête : Ryota Kokubun (Japon) dans sa Chevrolet Corvette en pole, Cody Nikola Latkovski (Australie) et sa Volkswagen GTI VGT en 2e et Takuma Miyazono (Aston Martin V12 Vantage) en 3e pour le Japon.

Kokubun tentait de s'écarter le plus rapidement du peloton et creusait un écart de plus d'une seconde sur le 2e, Latkovski, avant même la fin du premier tour. Tout aussi déterminé dans la Hyundai Genesis, Shunsuke Imamura (Japon) passait la Dodger Viper SRT de Matthew McEwen (Nouvelle-Zélande) pour s'installer en 4e place.

Au début du 2e tour, Miyazono prenait l'aspiration de la GTI VGT de Latkovski et remontait en 2e place. Le champion sortant avait manifestement des comptes à régler avec Kokubun et sa Corvette. À 280 km/h en ligne droite, Latkovski peinait à garder le contrôle de sa Volkswagen GTI VGT dans la section sinueuse du circuit, tandis qu'Imamura et McEwen réduisaient l'écart avec l'Australien.

À la mi-course, Kokubun s'envolait à 1,6 seconde devant Miyazono, qui devançait lui-même Latkovski d'une seconde.

Au 4e tour, Yamanaka glissait sa Lexus RC F devant McEwen, alors 5e, mais se faisait reprendre par la Dodge Viper dans la ligne droite. Le duel allait permettre à la Volkswagen Beetle de Shogo Yoshida (Japon), ainsi qu'à la Jaguar F-Type de son compatriote Kanata Kawakami de remonter, dans un tango à quatre pour la 5e place.
Avec seulement trois pilotes (plus Miyazono) qualifiés pour la finale mondiale, chaque position, chaque point était vital... Et les pilotes avaient bien conscience des enjeux.

Dans le 6e tour, Imamura mettait la pression sur Latkovski pour le pousser à la faute en collant sa Genesis au pare-chocs de la Volkswagen. Mais il en fallait plus à l'Australien, qui ne déviait pas de sa trajectoire de course et fermait la porte au pilote japonais. Imamora allait jouer son va-tout dans le dernier tour, passant brièvement Latkovski dans la ligne droite, avant de sortir de la piste dans le virage suivant, emporté par son élan. Heureusement pour lui, Imamura parvenait à garder le contrôle et ramenait sa voiture sur le circuit sans chuter au classement, même si la 3e place lui était désormais inaccessible.

Le drapeau à damier sacrait Kokubun, qui devançait à nouveau Miyazono au terme d'une course remarquable qu'il aura menée de bout en bout. Latkovski finissait 3e, suivi d'Imamura.

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Ryota Kokubun Akagi_1942mi 14:20.105
2 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +01.779
3 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +04.723
4 Shunsuke Imamura DOJO_Racing_shun +07.583
5 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 +07.859
6 Matthew McEwen AE_McEwen +08.311
7 Kanata Kawakami SG_Kawakana +08.498
8 Shogo Yoshida gilles_honda_v12 +08.653
9 Yuhki Araki DW-yuhki02 +09.769
10 Emily Jones emreeree +15.670
11 Jonathan Wong saika159- +16.000
12 Soma Iseri Arrow71sr +16.055
13 Takuma Morita hide250sp +18.592
14 Dylan Lindgren dylanlindgren +20.876
15 Tatsuya Sugawara blackbeauty-79 +34.247
16 Calvin Tong JinKYOSUKE +42.365

Grande finale

Ryota Kokubun (Japon) abordait la grande finale avec le score maximum de 24 points, mais comme nous l'a déjà prouvé le championnat, un leader n'est jamais à l'abri, puisque la dernière course rapporte le double. Il prenait cependant à nouveau la pole de cette course de 27 tours sur Fuji International Speedway, suivi par un trio de compatriotes : Takuma Miyazono, Tomoaki Yamanaka et Shogo Yoshida. Comme les autres grandes finales, la puissante Red Bull X2019 Competition allait être la figure imposée. Contrairement aux deux épreuves de la journée, les pilotes devaient effectuer au moins un tour sur pneus tendres, moyens et durs, avec ravitaillement de carburant. La stratégie des arrêts était donc cruciale.

Avant même le départ lancé, Kokubun jouait la carte du mystère en s'équipant de pneus moyens, tandis que Miyazono, Yamanaka et Yoshida partaient sur pneus tendres. La course venait à peine d'être lancée que Miyazono et Yamanaka sonnaient la charge sur Kokubun et abordaient le premier virage à trois de front. Yamanaka sortait premier, suivi de Kokubun et de Miyazono. En ratant la première course et avec seulement 6 points dans la seconde, Yamanaka devait se surpasser pour espérer accéder à la finale mondiale. Le pilote roulait visiblement avec l'énergie du désespoir. De leur côté, l'Australien Cody Nikola Latkovski et le Néo-Zélandais Matthew McEwen ne quittaient pas Yoshida d'une semelle et comptaient bien s'inviter dans le quatuor japonais. Au début du 2e tour, Miyazono passait Kokubun pour la 2e place, alors que la moitié des pilotes (ceux équipés de Michelin durs) s'arrêtaient aux stands après s'être acquittés de leur tour minimum sur pneus lents. Des neuf voitures de tête, seules deux (Kokubun et Latkovski) restaient sur pneus moyens. Tous les autres roulaient à présent sur pneus tendres.

Dans le 4e tour, Kokubun et ses pneus plus lents cédaient leur place à Yoshida, puis à McEwen qui filait à 300 km/h en ligne droite pour récupérer la 4e place. Tombé en 7e position, Latkovski se lassait de ses pneus moyens et plongeait aux stands pour s'équiper de pneus tendres, avant de revenir en 9e place. Deux tours plus tard, l'Australienne Emily Jones passait Kokubun sur pneus tendres et prenait la 6e place.

Kokubun s'arrêtait finalement au 6e tour et surprenait tout le monde en ne s'équipant pas de pneus tendres, mais de pneus durs, se préparant manifestement à effectuer les vingt derniers tours sur le train le plus rapide. Une stratégie audacieuse... Serait-elle la bonne ? À la sortie des stands, il se retrouvait 9e, derrière Latkovski, lui-même retenu par Calvin Tong de Hong Kong.

Miyazono, alors 2e, s'arrêtait dans le 9e tour et optait à nouveau pour des pneus tendres, gardant de côté les plus durs pour plus tard. Il revenait 4e sur le circuit, derrière McEwen et Yoshida. Un tour plus tard, le leader Yamanaka s'arrêtait lui aussi pour s'équiper de pneus tendres. Miyazono profitait de l'arrêt de McEwen pour mener la course avec Yamanaka, fraîchement revenu sur le circuit. Les cartes venaient d'être rebattues, McEwen se retrouvait 4e et sur pneus durs, tandis que Latkovski se hissait en 5e place. À la moitié de la course, l'ordre était donc : Miyazono, Yamanaka, Yoshida, McEwen et Latkovski.

Mais le destin allait frapper. McEwen écopait d'une pénalité de 2 secondes au terme du 13e tour pour s'être affranchi des lignes des stands, tombant ainsi en 8e position. De son côté, Emily Jones attaquait son compatriote Latkovski, alors 4e, et affichait de féroces compétences au volant. Les deux pilotes japonais, Miyazono et Yamanaka, avaient quant à eux creusé un écart de 4 secondes sur Yoshida (3e).

Nouveau coup de théâtre dans les stands au tour 16, Latkovski écopait à son tour d'une pénalité de ligne... Un coup terrible porté à ses espoirs de titre. Il allait devoir terminer la course le plus proprement possible et prier pour engranger les points nécessaires à sa qualification pour la finale mondiale.

Miyazono décidait enfin de s'équiper de pneus durs dans le 19e tour, cédant ainsi la tête à Yamanaka. Il suffisait à Yamanaka de rester devant le peloton pour accéder à la finale mondiale sur un joli coussin de points... Mais la course était loin d'être terminée. Le tour suivant, il rentrait aux stands et s'équipait de pneus moyens, bientôt imité par Miyazono, qui allait finir l'épreuve sur ce train.

Au 21e tour, Emily Jones prenait brièvement la tête de la course. Il lui restait cependant un arrêt à effectuer, mais elle venait de prouver que les femmes avaient leur place dans les FIA GT Championships. Malheureusement pour elle, une pénalité allait la contraindre à rendre la tête à Yoshida. Deux tours plus tard, Latkovski lui prenait la 6e place, manœuvre ô combien importante pour lui, puisqu'elle lui ouvrait les portes de la finale mondiale.

Ayant effectué leur dernier arrêt pour ravitailler et changer de pneus, les deux leaders Yamanaka et Yoshida revenaient derrière Miyazono. Sorti de nulle part, Kokubun bondissait sur Yoshida dans la ligne droite et lui prenait la 3e place. Personne n'allait cependant rattraper Miyazono. Il terminait premier, prouvant à nouveau une maîtrise certaine du pilotage et de la stratégie. Il n'avait pas besoin de ces points pour se qualifier, mais il venait néanmoins de remporter la finale régionale, histoire de montrer à la concurrence qu'il n'y avait pas de repos pour les champions. Yamanaka terminait 2e, se qualifiant miraculeusement avec 20 points, bien que n'ayant participé qu'à deux courses sur les trois. Kokubun complétait le podium exclusivement japonais. De son côté, Latkovski finissait à une décevante 6e place, mais parvenait toutefois à se glisser en finale avec un total de 20 points.


Miyazono dira après la course : "Pour tout vous dire, je n'étais pas sûr de pouvoir gagner aujourd'hui, je suis soulagé que ce soit terminé. J'étais automatiquement qualifié pour la finale mondiale, mais je me suis dit que tant qu'à participer à la finale régionale, il fallait que je la remporte... Ce n'était pas qu'une question de fierté, mais aussi parce que les points me serviraient plus tard."

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 38:09.504
2 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 +05.525
3 Ryota Kokubun Akagi_1942mi +05.758
4 Shogo Yoshida gilles_honda_v12 +06.688
5 Kanata Kawakami SG_Kawakana +14.023
6 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +15.258
7 Emily Jones emreeree +18.010
8 Takuma Morita hide250sp +19.811
9 Jonathan Wong saika159- +20.064
10 Matthew McEwen AE_McEwen +20.798
11 Dylan Lindgren dylanlindgren +23.987
12 Yuhki Araki DW-yuhki02 +24.374
13 Shunsuke Imamura DOJO_Racing_shun +40.292
14 Tatsuya Sugawara blackbeauty-79 +55.262
15 Soma Iseri Arrow71sr +1:01.911
16 Calvin Tong JinKYOSUKE +1:04.995

Résultats des séries 2020 Nations Cup - Finale régionale (Asie/Océanie)

CLASSEMENT PILOTE COURSE 1 COURSE 2 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 10 10 24 44
2 Ryota Kokubun Akagi_1942mi 12 12 16 40
3 Tomoaki Yamanaka yamado_racing38 0 6 20 26
3 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi 8 8 10 26
5 Kanata Kawakami SG_Kawakana 6 4 12 22
6 Shogo Yoshida gilles_honda_v12 2 3 14 19
7 Matthew McEwen AE_McEwen 7 5 2 14
8 Emily Jones emreeree 3 1 8 12
8 Shunsuke Imamura DOJO_Racing_shun 5 7 0 12
10 Takuma Morita hide250sp 4 0 6 10
11 Jonathan Wong saika159- 0 0 4 4
12 Yuhki Araki DW-yuhki02 0 2 0 2
13 Soma Iseri Arrow71sr 1 0 0 1
14 Dylan Lindgren dylanlindgren 0 0 0 0
14 Tatsuya Sugawara blackbeauty-79 0 0 0 0
14 Calvin Tong JinKYOSUKE 0 0 0 0
FIA GT Championships 2020 | Nations Cup | Finales régionales | Asie/Océanie
L'une des finales régionales les plus serrées va démarrer, a...

Retour à la liste