Please select your country / region

Close Window
GT
Communauté GT SPORT
LUFR
Extras

Dernières informations sur Gran Turismo® 5 au Tokyo Game Show 2010 (4/5)

4. Voitures
Annonce des voitures faisant leur première apparition

Parmi la sélection d'environ 1000 voitures disponibles dans Gran Turismo® 5, en voici quatre qui apparaîtront pour la première fois dans le jeu.

Citroën GT de Citroën Race Car

La GT de Citroën a été annoncée à Paris, au Mondial de l'automobile 2008. La transformation de ce concept car en voiture de course a donné la "GT de Citroën Race car".

Le design extérieur est signé Takumi Yamamoto, le concepteur à l'origine du premier modèle. De nombreux croquis ont été envoyés à Polyphony Digital jour après jour. Les ailes ont été élargies et, avec l'ajout de conduites d'air et d'autres éléments aérodynamiques, l'aspect général a beaucoup gagné en agressivité.

À partir de là, Polyphony Digital a veillé à donner au véhicule une identité propre à la course. Parmi divers détails provenant de Polyphony Digital, retenons les goupilles de capot et les anneaux de remorquage que l'on trouve habituellement sur les voitures de course, l'emplacement des valves pour les crics pneumatiques, etc.

Un autre grand chantier de Polyphony Digital concerne le design intérieur. Inspiré des cockpits de chasseurs et bénéficiant d'une technologie de pointe, on y retrouve néanmoins les sensations d'une véritable voiture de course. À part le tableau de bord, tous les éléments ont été remplacés ; le volant et l'ATH (Affichage Tête Haute) fonctionnent comme dans une véritable voiture de course, tout en conservant l'aspect excentrique de l'extérieur. Bien que son design n'ait pas été modifié, le tableau de bord est conçu en carbone plutôt qu'en cuivre. Cette version mutante de la "GT de Citroën" respire l'agressivité et la compétition, l'idéal pour une voiture de course.

Volkswagen Typ 2 (T1) Samba-Bus

La "Coccinelle" de Volkswagen, créée par l'ingénieur Ferdinand Porsche, a donné naissance à un grand nombre de variantes. Suite à la création de VW, l'un des modèles les plus plébiscités après la guerre, aux côtés de la Coccinelle, a été le fourgon multifonction baptisé Transporter. Véhicule à l'aspect massif monté sur un châssis de Coccinelle, de type RR (moteur arrière, traction arrière), plaçant tout le poids et la puissance sur l'axe arrière, ce véhicule mythique dispose d'un espace intérieur dédié au transport de marchandises ou de personnes.

Le Samba Bus est une évolution du Transporter en fourgonnette capable de transporter de nombreux passagers. L'intérieur lumineux, grâce à ses fenêtres supplémentaires, possède 3 rangées de sièges. Dans un espace réduit de 4 mètres de long, jusqu'à 9 personnes peuvent s'y installer. Le moteur est resté le même, placé à l'horizontale, 1,2 litre à 4 cylindres opposés, mais il a ensuite été remplacé par une version 1,5 litre.

Il a connu un succès retentissant en Europe et aux États-Unis pour son côté hautement pratique. Au cours des années 70, son aspect mignon l'a rendu populaire auprès des plus jeunes générations, propulsant le véhicule parmi les symboles du mouvement hippie. Son esprit a survécu jusqu'à aujourd'hui, et VW a même annoncé des versions concept de grands fourgons, à l'image du Samba Bus.

 
Volkswagen Kübelwagen Typ 82

Le traditionnel système de moteur arrière et traction arrière de chez Volkswagen est simple, léger, et facilite le gain de traction. Sa structure est pensée pour la production de masse facile et peu coûteuse. La Kubelwagen est un véhicule militaire qui concentre tous ces avantages, en plus de capacités tout-terrain.

Longue d'environ 4 mètres, la voiture peut accueillir jusqu'à 3 passagers. Elle pèse moins de 550 kg, afin de faciliter son acheminement via les camions ou bateaux de transport.

Après avoir entamé le développement du véhicule en janvier 1939, l'ingénieur Porsche a travaillé à un rythme phénoménal, terminant le prototype dans l'année. Il paraîtrait que Porsche avait déjà réfléchi au potentiel tout-terrain des véhicules Volkswagen, ce qui explique cette vitesse d'exécution.

Une fois sur le champ de bataille, la Kubelwagen s'est montrée très efficace en tant que tout terrain, que ce soit en région montagneuse ou dans les marécages. Le moteur refroidi par air n'était pas sujet aux fuites, ce qui était souvent le cas chez les autres véhicules, et sa haute fiabilité l'a ainsi rendu très populaire.

Avant l'apparition de la Kubelwagen, les soldats devaient parcourir de longues distances à pied en terrain hostile avec un équipement lourd. L'apparition d'un véhicule capable de se déplacer en dehors des routes a totalement révolutionné la stratégie au cours de la guerre.

 
Volkswagen Schwimmwagen Typ 166

En 1940, alors que la Kubelwagen commence à faire parler d'elle pour ses performances, l'ingénieur Porsche est chargé de développer un véhicule amphibie. C'est ainsi qu'est créée la Schwimmwagen.

Une fois encore, le groupe motopropulseur de Volkswagen a fait preuve de flexibilité. L'ingénieur Porsche a conçu un véhicule à quatre roues motrices, plaçant à l'arrière d'une structure en forme de baignoire le moteur à l'horizontale à 4 cylindres opposés, tandis que la transmission se faisait à l'avant. La Kubelwagen avait déjà prouvé qu'un véhicule à propulsion arrière disposait d'une puissance suffisante pour rouler sur terre, mais sur un véhicule amphibie, les quatre roues motrices se justifiaient pour une simple et bonne raison : les roues avant servent à sortir la voiture de l'eau pour revenir sur la terre ferme.

Il restait encore un élément débrayable : l'hélice arrière, pour les déplacements navals. Mais comme le moteur est situé à l'arrière, il était facile de le connecter à l'hélice sans complication.

Ce véhicule amphibie était relativement lourd et difficile à manœuvrer, mais il s'est révélé utile pour l'entraînement à la conduite. Le mécanisme était complexe, mais conçu pour la production à la chaîne, ce qui a fait de la Schwimmwagen le véhicule amphibie le plus produit au cours de la Seconde Guerre mondiale.