GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
LUFR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

MANUFACTURER SERIES
Toyota est sacré roi des constructeurs lors de la deuxième journée des finales mondiales 2019 à Monaco
23/11/2019

MONTE-CARLO, Monaco (23 novembre 2019) – Deuxième jour des finales mondiales des FIA Gran Turismo World Championships dans la majestueuse Principauté de Monaco, avec la finale tant attendue des Manufacturer Series. L'ambiance était électrique à l'abri du Sporting Monte-Carlo, tandis que des trombes d'eau tombaient dehors sur la cité côtière. Mercedes-Benz allait-il couronner une année déjà brillante, après sa victoire au World Tour de New York et de Salzbourg ?

Mercedes-Benz s'annonçait comme un adversaire de taille à Monaco, avec le meilleur temps des qualifications générales de Tom Lartilleux. Mais Toyota n'allait pas se laisser faire... Igor Fraga avait en effet à cœur de redorer son blason et de s'afficher comme l'un des meilleurs pilotes au monde, après sa participation désastreuse aux demi-finales de la Nations Cup de la veille. Il se distinguera dans les qualifications du Top 6, qui déterminaient l'ordre de départ de la première course, et s'imposera en pole position avec Toyota devant le constructeur allemand. Le décor était posé, les équipes allaient pouvoir entrer en lice.

Manufacturer Series, Course 1

Sur les 20 tours du Dragon Trail - Gardens II, tout allait se jouer sur la gestion des pneumatiques. Le règlement imposait en effet l'utilisation de pneus tendres, moyens et durs sur au moins six tours chacun, avec un minimum de cinq tours effectués par chacun des trois pilotes de l'équipe. En pole position, Igor Fraga avait choisi de partir sur des pneus tendres. Cody Nikola Latkovski (Australie) occupait la deuxième place avec la Mercedes-Benz AMG GT3 de son équipe, tandis que Baptiste Beauvois (France) terminait le trio de tête dans une Team Lexus’ RC F GT3.

Sur pneus tendres, Toyota s'extirpa immédiatement du peloton, alors que Mercedes-Benz (sur pneus moyens) préférait garder ses pneus les plus rapides pour plus tard. Ironiquement, la lenteur relative de ces pneus plus durs empêchera le peloton de reprendre la Toyota, en particulier la Lexus équipée de pneus tendres en 3e position, incapable de passer l'AMG GT3. Creusant l'écart, la Supra n'en demandait pas tant.

Sur la majeure partie de la course, l'action aura lieu en milieu de peloton, avec une lutte acharnée pour la 4e place entre l'Aston Martin V12 Vantage, l'Alfa Romeo 4C, la Jaguar F-Type, BMW, la Chevrolet Corvette C7 et la Ford GT LM Spec. De son côté, Porsche et son héros du World Tour Angel Inostroza dégringolaient au classement, suite à une série de contacts avec d'autres voitures. Matt Simmons (Australie), venu remplacer son équipier, ne pourra lui non plus inverser la tendance et la 911 RSR reculera en 10e place où elle sera percutée de travers par la Corvette après une sortie de route.

Au terme du 12e tour, l'équipe Mercedes-Benz s'arrêtait aux stands pour s'équiper de pneus tendres et sonner la charge vers la ligne d'arrivée. Toyota et Lexus occupaient les deux premières places sur leurs pneus durs, neuf secondes devant le pilote Mercedes-Benz, Tom Lartilleux. Le Français fera preuve d'une incroyable maîtrise et dépassera sans forcer la Ford GT de l'Américain Armen Aghakhan, qui s'était glissé en 3e position pendant l'arrêt de l'AMG GT3.

Alors que l'Aston Martin de Fabian Portilla (Chili) et la Jaguar de Vinicius Neto (Brésil) s'affrontaient pour la 7e place, Lartilleux reprenait la Lexus d'Adriano Carrazza (Brésil) dans l'avant-dernier tour, après une courageuse défense du Brésilien, qui devra finalement capituler devant la différence de vitesse entre ses pneus durs et les tendres de son adversaire, estimée à trois secondes par tour. La Supra profitera à nouveau de la situation, avec Rayan Derrouiche (France) au volant. Toyota filera tranquillement jusqu'à l'arrivée, grâce en grande partie à un excellent travail d'équipe et à une régularité phénoménale du trio, qui bouclera la course quasiment parfaite.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Igor Fraga 30:45.075
2 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Tom Lartilleux / Anthony Felix +03.413
3 Lexus Adriano Carrazza / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois +04.785
4 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood +08.934
5 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida +13.051
6 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato +15.050
7 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai +16.852
8 Aston Martin Fabian Portilla / Ayumu Takida / Nick McMillen +17.180
9 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet +17.442
10 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen +20.355
11 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Matt Simmons +20.583
12 Hyundai Kevan Pounder / Anthony Duval / Connor Healy +37.566

Manufacturer Series, Course 2

Avec 12 points à gagner pour la première place, la course suivante allait se jouer sur WeatherTech Raceway Laguna Seca, intégré à Gran Turismo Sport le week-end même. Circuit favori de nombre de concurrents, chaque équipe devait y effectuer 20 tours au volant de voitures de course Gr.4, suivant les mêmes règles que sur la course précédente : l'utilisation des trois types de pneus et l'obligation pour chacun des trois pilotes de l'équipe de courir un minimum de cinq tours.

Avec sa victoire dans la course 1, Toyota occupait la pole, suivi de Mercedes-Benz, de Lexus et de BMW. Tomoaki Yamanaka (Japon) et sa 86 sur pneus moyens devançaient Cody Nikola Latkovski (Australie) dans la Mercedes-Benz SLS AMG sur pneus tendres.

La stratégie de Mercedes-Benz était claire : passer Toyota le plus tôt possible et creuser l'écart au maximum sur pneus tendres, environ deux secondes plus rapides au tour que les moyens. Tout allait se dérouler comme prévu, avec un dépassement dans le virage 5. De son côté, Nicolas Rubilar (Chili) dans sa BMW M4 s'employait avec succès à harceler Baptiste Beauvois (France) dans sa Lexus RC F pour la 3e place.

L'Audi TT Cup de Tatsuhiko Kato (Japon) et l'Alfa Romeo C4 d'Alonso Regalado (Pérou) se retrouvèrent en compétition pour la 4e place, tandis que l'Aston Martin V8 Vantage d'Ayumu Takita (Japon) remontait de deux places en 5e position. À ce stade de la course, Mercedes-Benz commençait à prendre le large avec une avance de quatre secondes.

La plupart des voitures allaient s'arrêter aux stands dans le 6e tour, à l'exception de Mercedes-Benz et de Lexus, qui comptaient bien profiter au maximum de leurs pneus tendres. Ils allaient attendre le 8e tour pour effectuer un changement exprès de pneus et de pilotes, avec Anthony Felix (États-Unis) pour la SLS sur pneus durs et Andrew Brooks (Canada) pour la RC F sur pneus moyens.

La RC F reprendra logiquement la SLS AMG dans le 12e tour et s'installera en tête jusqu'au changement de pilote suivant, dans le 15e tour. L'excellent Cody Nikola Latkovski (Australie) parviendra alors à remonter et à dépasser Adriano Carrazza dans sa Lexus. Entre-temps, Rayan Derrouiche (France) sonnait la charge en 3e place dans sa Toyota, passait la RC F dans le Corkscrew du 17e tour et venait se coller au pare-choc de la SLS dans le 19e tour. Le dernier tour allait être un sprint sans merci. La victoire se jouera finalement sur la photo-finish. Mercedes-Benz l'emportait avec une avance infime de 0,062 seconde et s'octroyait la pole pour la grande finale.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Tom Lartilleux / Anthony Felix 30:00.066
2 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Igor Fraga +00.062
3 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood +03.704
4 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida +06.020
5 Lexus Adriano Carrazza / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois +08.799
6 Aston Martin Fabian Portilla / Ayumu Takida / Nick McMillen +12.537
7 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato +16.438
8 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai +22.596
9 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet +23.858
10 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Matt Simmons +27.004
11 Hyundai Kevan Pounder / Anthony Duval / Connor Healy +31.123
12 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen +51.930

Grande finale des Manufacturer Series

La dernière course de l'année allait décider du vainqueur des Manufacturer Series des FIA Gran Turismo Championships 2019. Les points de la grande finale comptant double, BMW, Lexus, Alfa Romeo et Aston Martin pouvaient encore voler le titre à Mercedes-Benz et Toyota, tous deux crédités de 22 points au classement. Mercedes-Benz et Toyota avaient choisi des stratégies différentes. L'équipe allemande et son pilote vedette, Cody Nikola Latkovski (Australie), débutaient la couse dans leur AMG GT3 sur pneus tendres, tandis que Toyota et Tomoaki Yamanaka (Japon) engageaient leur GR Supra Racing Concept sur pneus durs. L'épineux Tokyo Expressway - Boucle intérieure Sud et ses routes étroites allaient servir de décor à cette partie d'auto-tamponneuses... La peinture allait voler.

Très tôt, Yamanaka laissa parler son talent, passant la SLS AMG de Latkovski dès le premier des vingt tours de l'épreuve, malgré son choix moins avantageux de pneumatiques. La BMW M6 GT3 pilotée par Randall Haywood (États-Unis), prenait quant à elle un départ calamiteux, ratant le premier virage et reculant de 3 places en 6e position. Le pire attendait encore Mercedes-Benz, qui se faisait passer par l'Alfa Romeo de Shogo Yoshida (Japon) après seulement quelques virages.

Alors que les voitures atteignaient les 260 km/h sur la ligne droite, Mercedes-Benz parvint à reprendre la 2e position, dans un peloton serré de huit voitures regroupées en mois d'une seconde. Toyota, BMW et Mercedes-Benz occuperont tour à tour la première place. À partir du 6e tour, les quatre équipes de tête allaient toutefois s'éloigner du peloton. Seul BMW ne s'arrêtera pas aux stands avec les autres. Anthony Felix (États-Unis) prenait le volant de la Mercedes-Benz (pneus durs), tandis que Rayan Derrouiche (France) s'installait dans la Supra (moyens).

Derrouiche reprendra Felix au tour suivant pour mener la course. La curée avait sonné pour la Mercedes-Benz, attaquée de toutes parts, ballottée telle une bille de flipper jusqu'à la 6e place. Alors que la bataille faisait rage de la 2e à la 6e position, Toyota abordait le 10e tour et la deuxième moitié de la course avec une avance de cinq secondes. L'Alfa Romeo et d'Alonso Regalado (Pérou) et la Jaguar F-Type de Vinicius Neto (Brésil), revenu de la 9e place sur la grille de départ, étaient alors en 2e position.

Fraga prendra le dernier relais sur la Supra (pneus tendres), alors que Tom Lartilleux (France) pour Mercedes-Benz reprenait la 2e place dans le 14e tour. Mais avec un écart de 10 secondes entre les deux voitures, le Français allait devoir compter sur une énorme erreur du Brésilien... la foudre pouvait-elle tomber deux fois sur le même pilote ?

La Chevrolet Corvette C7 de Koki Mizuno (Japon) fera une soudaine apparition dans les derniers tours et prendra la 3e position après avoir remonté 9 places sur la piste. La victoire était assurée pour la Supra, mais la lutte pour les deux autres marches du podium ne faisait que commencer. Le suspens était à son comble dans les gradins tandis que les voitures se livraient à un jeu de chaises musicales. Lorsque la poussière retomba enfin sur le champ de bataille, Mercedes-Benz occupait la 2e position et Team Chevrolet, à la surprise générale, la 3e.

Au terme du calcul de points, Toyota remportait le titre des Manufacturer Series FIA GT 2019, suivi de Mercedes-Benz, Alfa, Aston Martin et Lexus.
Pour Fraga, l'honneur était sauf après sa piètre performance en Nations Cup. Il dira après la course : "Je suis un peu partagé après ce qui s'est passé hier, mais je m'étais fixé pour objectif de gagner le titre des Manufacturer Series. Je suis très content, mon équipe a accompli ce qu'elle s'était fixé et je n'aurais pas pu le faire sans mes coéquipiers, Tomoaki (Yamanaka) et Rayan (Derrouiche)."

Latkovski, 2e avec Mercedes-Benz : "C'est super de monter sur le podium. Je suis très fier de ce que nous avons accompli... Malheureusement, les choses n'ont pas joué en notre faveur et nous avons fait quelques erreurs stratégiques, mais c'est le sport. Mes coéquipiers, Anthony (Felix) et Tom (Lartilleux), ont vraiment été incroyables. Chapeau bas à la Team Toyota pour sa performance.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Igor Fraga 39:43.160
2 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Tom Lartilleux / Anthony Felix +12.627
3 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen +16.882
4 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida +17.043
5 Aston Martin Fabian Portilla / Ayumu Takida / Nick McMillen +17.850
6 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai +18.788
7 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet +18.956
8 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Matt Simmons +21.057
9 Lexus Adriano Carrazza / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois +23.321
10 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato +24.329
11 Hyundai Kevan Pounder / Anthony Duval / Connor Healy +40.504
12 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood +44.191
CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES COURSE 1 COURSE 2 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Igor Fraga 12 10 24 46
2 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Tom Lartilleux / Anthony Felix 10 12 20 42
3 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida 6 7 14 27
4 Aston Martin Fabian Portilla / Ayumu Takida / Nick McMillen 3 5 12 20
5 Lexus Adriano Carrazza / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois 8 6 4 18
6 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen 1 0 16 17
7 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai 4 3 10 17
8 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood 7 8 0 15
9 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet 2 2 8 12
10 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato 5 4 2 11
11 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Matt Simmons 0 1 6 7
12 Hyundai Kevan Pounder / Anthony Duval / Connor Healy 0 0 0 0

Liens correspondants

Retour à la liste