GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
LUFR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

GT WORLD TOUR
Les séries des FIA Gran Turismo Championships 2020 s'ouvrent par une victoire écrasante de BMW à Sydney
17/02/2020

SYDNEY, Australie (15 février 2020) – Les séries 2020 des FIA Gran Turismo Championships se sont ouvertes par le premier World Tour de Sydney, en Australie, à l'autre bout du monde. Toujours très disputées, les Manufacturer Series allaient lancer les festivités du samedi dans la salle bondée du Big Top, dans le Luna Park Sydney, à l'ombre du célèbre Harbour Bridge, face à l'incontournable Opera House.

Cette année, Toyota faisait figure de favori. Surfant sur la vague qui l'avait menée au sommet du championnat précédent, la marque allait toutefois devoir compter avec les autres équipes, bien décidées à se venger et à décrocher à leur tour le prestigieux titre mondial.

Les Manufacturer Series accueillent 36 pilotes pour 12 équipes, qui s'affrontent pour gagner de précieux points jusqu'aux finales mondiales. Les spectateurs assistent à deux épreuves : la course 1 et une grande finale dont les points comptent double. Les trois pilotes doivent participer à chaque course et utiliser les trois types de pneus Michelin (tendres, moyens et durs).

"Nous entamons la troisième édition de ces championnats, dont chaque saison nous a apporté son lot de surprises. L'année 2020 ne devrait pas être différente. Le public est aussi plus nombreux à nous suivre, avec une hausse de 300 % de spectateurs entre 2018 et 2019... Ces séries seront donc bien plus regardées. Ils ne seront pas déçus, c'est certain," déclarait Kazunori Yamauchi, créateur de Gran Turismo.

Course 1

Dès la manche qualificative, plusieurs équipes ont annoncé la couleur. BMW, Audi, Porsche, Mercedes-Benz et Toyota donnaient l'impression d'être plus rapides que les autres. BMW occupait déjà la pole de la course d'ouverture, sur le circuit de Spa-Francorchamps, en Belgique. Ces 12 tours au volant de Gr.4 allaient dépendre de la stratégie pneumatique adoptée par les différentes équipes. BMW partait sur pneus moyens, Audi et Porsche leur ayant préféré les pneus tendres. Les choses ne tarderaient pas à se mettre en branle... à peine le drapeau vert baissé, Martin Grady (Royaume-Uni) dans son Audi TT Cup passait tel une flèche le Chilien Nico Rubilar et sa BMW M4 dans le premier virage, suivi d'Angel Inostroza (Chili) au volant de la Porsche Cayman GT4 Clubsport. La Mercedes-Benz SLS AMG pilotée par Anthony Felix (États-Unis) ratait quant à elle totalement son départ et s'embourbait dans le trafic, avant de se voir éjecter de la piste et de perdre deux places avant même d'avoir atteint le premier virage.

Le tour suivant, la Porsche d'Inostroza dépassait la traction Audi TT Cup dans le Rivage et prenait la tête des opérations. Les trois voitures de tête (Porsche, Audi et BMW), toutes allemandes, allaient se livrer une lutte sans merci et creuser un écart de 4 secondes avec le reste du peloton. Toutes les voitures allaient s'arrêter aux stands au 4e tour. Les trois pilotes de têtes optaient pour les pneus durs Michelin, tandis que Rayan Derrouiche (France), qui prenait le relais de Tomoaki Yamanaka (Japon), équipait sa Toyota 86 de pneus tendres.

Alors que s'ouvrait le 6e tour, il devenait clair que la course allait se jouer à quatre, la Toyota ayant refait son retard sur le trio de tête. Dans un élan d'audace, Derrouiche parviendrait à passer la BMW M4 de Randall Haywood (États-Unis) pour s'installer en 3e position, avant de se glisser devant l'Audi TT Cup, alors en 2e place. Équipée de pneus tendres, la Toyota devait irrémédiablement remonter sur la Porsche et ses pneus durs pour prendre la tête de la course. Il allait désormais lui falloir creuser l'écart avant le changement obligatoire en pneus durs au prochain arrêt.

Les hommes de tête profitaient du 8e tour pour passer aux stands. Coque López et sa BMW, qui avait gardé ses pneus tendres pour la dernière ligne droite, allaient alors rapidement dépasser Matthew Simmons et sa Porsche. De son côté, la Lexus, elle aussi sur pneus tendres, remontait tranquillement au classement. À l'entame du 10e tour, la Toyota 86 avait épuisé son avance, harcelée par López. Simon Bishop (Nouvelle-Zélande) allait pouvoir passer dans l'épingle de Rivage. Aussi tranquillement que si elle prenait la sucette de la bouche d'un enfant, la Bimmer s'installait en tête et décrochait le drapeau à damier. De son côté, Baptiste Beauvois (France) et sa Lexus avaient ratrappé les leaders et passaient la Porsche, puis la Toyota pour terminer 2e de la course. Porsche finira sur la 3e marche.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood 41:15.258
2 Lexus Kanata Kawakami / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois +3.193
3 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Mathew Simmons +3.897
4 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato +6.959
5 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Simon Bishop +9.077
6 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet +12.262
7 Aston Martin Ayumu Takida / Jay Wong / Fabian Portilla +12.356
8 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai +13.249
9 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Bernal Valverde / Anthony Felix +13.271
10 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen +13.627
11 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida +16.323
12 Hyundai Agustin Cajal / Tatsuro Hoshino / Connor Healy +19.045

Grande finale

Avec des points doublés, tout était possible sur cette course d'endurance de 20 tours sur le Mount Panorama Motor Racing Circuit australien, un parcours technique composé de longues lignes droites et de virages ultra serrés. Forte de sa victoire sur l'épreuve précédente, la BMW occupait la pole avec Rubilar au volant de la M6 GT3 préparée pour la Gr.3. L'équipe allait cette fois opter pour une autre stratégie et débuter la course sur les pneus les plus rapides (tendres), laissant les trois voitures suivantes (Lexus, Porsche et Audi) s'équiper de pneus moyens.

Immédiatement après le départ lancé, la Jaguar F-Type du Brésilien Vinicius Neto (7e position) était éjectée de la piste par Bernal Valverde (Brésil) dans la Mercedes-Benz AMG GT3 et chutait en dernière place. Mercedes-Benz écopait d'une lourde pénalité de 4 secondes qui mettait un terme à ses rêves de victoire. Rubilar, très à l'aise au volant de sa M6, avait déjà creusé un écart de 4 secondes au 3e tour, puis de 6 secondes au 6e tour. La Lexus prenait ensuite la 3e place de l'Audio dans le virage 23, le dernier du circuit. 8e tour, Porsche, Lexus et Audi s'arrêtaient aux stands pour s'équiper de pneus durs et conserver leurs tendres pour la fin de course, une stratégie diamétralement opposée à celle de BMW, qui optait pour des pneus moyens dans le 9e tour, fort d'une avance de 28 secondes. La M6 allait revenir sur la piste 10 secondes devant ses adversaires, Haywood au volant.

À la mi-course, le Top 5 était le suivant : BMW, Porsche, Audi, Toyota et Lexus. Au 12e tour, ce qui allait déterminer la victoire était évident : La BMW sur pneus moyens allait-elle suffisamment creuser l'écart avec ses concurrents sur Michelin durs. À l'arrêt suivant, la BMW avait encore 28 secondes d'avance et revenait sur la piste équipée de pneus durs 8 secondes devant la Porsche 911 RSR. Au 19e tour, la Porsche sur pneus tendres réduisait l'écart à 5 secondes, mais avec seulement un tour devant elle, elle ne pouvait espérer reprendre la M6 GT3 de López.

L'admirable stratégie pneumatique de l'équipe BMW (Rubilar, Haywoo et López) lui aura permis de remporter cette course et le championnat, tout en empochant le maximum de points sur la journée (36). Porsche (28 points) et l'équipe championne 2018 Lexus (26 points) monteront la tête haute sur le podium, au terme de cette enthousiasmante première journée des Manufacturer Series 2020.

Coque López (BMW) déclarera après la victoire : "La première course, dont s'est super bien tiré Nico sur pneus moyens face aux autres équipés de pneus tendres a vraiment lancé la journée pour nous. Et oui, notre stratégie était la bonne, mais c'est surtout le pilotage de mes équipiers, Nico et Randall, qui nous a fait gagner."

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood 41:15.258
2 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Mathew Simmons +3.632
3 Lexus Kanata Kawakami / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois +5.219
4 Aston Martin Ayumu Takida / Jay Wong / Fabian Portilla +8.547
5 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato +9.150
6 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Simon Bishop +9.721
7 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen +14.236
8 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai +16.764
9 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet +22.738
10 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida +28.784
11 Hyundai Agustin Cajal / Tatsuro Hoshino / Connor Healy +39.016
12 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Bernal Valverde / Anthony Felix +45.367
CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES COURSE 1 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 BMW Coque López / Nicolás Rubilar / Randall Haywood 12 24 36
2 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Mathew Simmons 8 20 28
3 Lexus Kanata Kawakami / Andrew Brooks / Baptiste Beauvois 10 16 26
4 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Tatsuhiko Kato 7 12 19
5 Aston Martin Ayumu Takida / Jay Wong / Fabian Portilla 4 14 18
6 Toyota Tomoaki Yamanaka / Rayan Derrouiche / Simon Bishop 6 10 16
7 Chevrolet Koki Mizuno / Marco Mendoza / Matthew McEwen 1 8 9
8 Ford Adam Wilk / Armen Aghakhan / Ádám Tápai 3 6 9
9 Jaguar Kenny Conomos / Vinicius Neto / Florent Pagandet 5 4 9
10 Alfa Romeo Daniel Solis / Alonso Regalado / Shogo Yoshida 0 2 2
11 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski / Bernal Valverde / Anthony Felix 2 0 2
12 Hyundai Agustin Cajal / Tatsuro Hoshino / Connor Healy 0 0 0

Retour à la liste