Please select your country / region

Close Window
GT
Communauté GT SPORT
LUFR

GT ACADEMY ALLEMAGNE : RÉSUMÉ DE LA SAISON 2012

GT ACADEMY ALLEMAGNE : RÉSUMÉ DE LA SAISON 2012

La GT Academy a débuté en 2008 et a vu Lucas Ordoñez tirer son épingle du jeu et se distinguer des 25 000 candidats, venus de 12 pays. Il est aujourd'hui pilote de course chez Nissan. En 2012, lors de la quatrième saison de la GT Academy, Nissan et PlayStation Allemagne ont travaillé de concert pour créer une compétition indépendante, destinée à être disputée en parallèle de la version européenne.

L'étape qualificative est restée accessible 8 semaines en ligne, de mai à juin 2012. 96 000 allemands ont téléchargé le défi de la GT Academy ! Seulement 24 candidats ont pu accéder à la finale nationale, rejoints par les huit qualifiés des Épreuves Live. Ces dernières se sont tenues dans tout le pays, chez les concessionnaires Nissan et lors des matchs de football, ouvrant ainsi une voie alternative vers l'Academy grâce aux compétitions Gran Turismo sur circuits circulaires PlayStation.

La finale nationale s'est déroulée les 14 et 15 juillet 2012, sur le célèbre circuit de Nürburgring. Les 32 concurrents se sont vus réduits à 24 au terme d'une première journée Gran Turismo impitoyable sur PlayStation. Le jour suivant, une série de tests de jeu, de conduite, d'exercices physiques et de rencontres média a encore réduit leurs rangs. Les 12 derniers participants avaient le potentiel requis pour espérer devenir pilotes de courses. Ils ont été invités au Race Camp d'août, une semaine de formation intensive destinée à découvrir le champion GT Academy allemand 2012.

FINALISTES DU RACE CAMP :
Andres Monzon
Denny Görsdorf
Erik Mertens
Nils Müller
Nick Sepec
Patrick Langkau
Patrick Weking
Peter Heusel
Peter Pyzera
Robert Geßler
Stefan Jahr
Thomas Schmidt

C'est avec classe que s'est ouvert le Race Camp, puisque les 12 finalistes sont arrivés en hélicoptère à Silverstone, fief du sport automobile britannique. Trois juges sont venus les accueillir : Nick Heidfeld, pilote de F1 et de la course du Mans, Sabine Schmitz, la reine de Nürburgring et Smudo, musicien et animateur allemand. Leur objectif, déterminer lequel des candidats accèdera aux trois mois de formation du programme de développement de pilote, avant de prendre place au volant de la Nissan 370Z GT4, lors de la prestigieuse course des 24h de Dubaï.

La compétition a immédiatement pris des allures militaires, avec un réveil à l'aube et une séance d'exercices physiques matinale. La matinée passée dans la forêt boueuse aura eu pour effet de créer un esprit d'équipe entre les joueurs, les forçant à montrer leur niveau de détermination. C'est avec reconnaissance qu'ils ont retrouvé un environnement plus familier en milieu d'après-midi, pour un défi de kart en tenue, l'une des formes les plus pures du genre, idéale pour étudier les compétences de chacun. L'épreuve a toutefois été interrompue par un énorme orage, agrémenté de trombes d'eau, qui ont vite transformé l'asphalte en rivière. Les personnes présentes ont toutes été recrutées pour écoper et permettre à la course de continuer.

Au terme de chaque série d'épreuves, les participants les moins doués étaient éliminés, afin de filtrer la crème des concurrents. Des épreuves quelque peu inhabituelles ont été ajoutées aux séances plus classiques. Dans le défi de paintball, Nick Heidfeld poursuivait les candidats sur le Silverstone Circuit, tandis que Smudo, sur le siège passager, leur tirait dessus ! Le pilote ayant parcouru le plus de distance avant d'être touché a remporté l'épreuve. En plus du côté ludique, cette course a donné à Nick un aperçu des réactions des candidats sous pression, qui ont appris qu'une poursuite impliquait de regarder devant eux et non dans leurs rétroviseurs. Les cinq finalistes ont pu découvrir les joies d'une course de stock-car à Milton Keynes.

La GT Academy a ensuite décollé pour une "bataille aérienne" force G dans de petits appareils, sur l'aérodrome de Turweston. Certains ont eu du mal à gérer l'incroyable force G subie, tandis que d'autres s'amusaient comme des fous. Ce fut au final un excellent moyen pour eux de découvrir les effets de cette force, omniprésente dans les voitures de course les plus puissantes.

Après plusieurs phases éliminatoires, les quatre finalistes (Peter Pyzera, Andres Monzon, Patrick Langkau, Nick Sepec) se sont affrontés sur circuit dans une ultime course, sur le Silverstone GP Circuit, au volant d'une Nissan 370Z. Nick Sepec est parti en pole position, mais a raté une vitesse, ouvrant la voie à Peter Pyzera, qui a pris la tête. Peter a filé sans regarder derrière jusqu'au premier drapeau à damier. Cette remarquable performance est venue couronner une excellente semaine pour lui, qui s'est donc conclue par le titre de Champion de la GT Academy allemande 2012.

Le temps d'une visite-éclair chez lui, Peter retrouvait Silverstone, en septembre, pour débuter un nouveau chapitre de sa vie. Avec les champions d'Europe, de Russie et des État-Unis, il a pu profiter d'un programme de développement de pilote tous frais payés. En plus des courses du week-end, mélangeant sprint et endurance au volant d'une Nissan 370Z, son agenda comprenait un entraînement suivi de vitesse, de kart, en simulateur, ainsi que des exercices physiques et psychologiques.

Il est malgré tout sorti de ce programme rigoureux avec une licence de pilote international. En janvier 2013, Peter a fait équipe avec son homologue américain, Steve Doherty, Sabine Schmitz et le pilote Nissan Alex Buncombe, pour une course à Dubaï. La malchance les a frappés en début de nuit, alors que Sabine rencontrait un problème sur la Nissan 370Z GT4, perdant une heure et demi. Grâce à leurs efforts, ils ont malgré tout accroché une honorable neuvième place dans leur classe, après 24 heures d'une course internationale disputée.

‹‹Ça a été une expérience incroyable et j'espère qu'elle marque le début d'une longue carrière de pilote de course pour moi›› a déclaré Peter après la course. ‹‹Nous avons perdu pas mal de temps la nuit dernière, mais nous sommes restés concentrés et nous avons poussé jusqu'au bout. Ce contretemps a finalement été une bonne chose pour moi. J'étais très nerveux avant la course et cette mésaventure m'a forcé à y aller et à tout donner. Tout ce que nous avions à faire aujourd'hui, c'est nous rappeler tout ce que nous avions appris. C'était vraiment excellent, je veux recommencer››.