GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
CHFR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

NATIONS CUP
Mikail Hizal remporte sans équivoque le titre convoité de la Nations Cup 2019
24/11/2019

MONTE-CARLO, Monaco (24 novembre 2019) – Les FIA Gran Turismo Championships se sont terminés aujourd'hui au Sporting Monte-Carlo de Monaco avec l'épreuve reine du week-end : la finale de la Nations Cup. En l'absence du champion en titre, Igor Fraga (Brésil), beaucoup s'attendaient à voir Mikail Hizal (Allemagne) remporter le très convoité trophée de la FIA GT, inspiré de la sculpture "L'Homme en mouvement" d'Umberto Boccioni. Mais Cody Nikola Latkovski (Australie) et Takuma Miyazono (Japon) comptaient bien leur prouver qu'ils avaient tort.

Au terme des sessions qualificatives du vendredi, il ne restait que 12 des 36 pilotes venus de 18 territoires/pays. Tout était à recommencer le dimanche pour les finalistes, avec une séance qualificative et quatre courses. Sous les yeux de la star de F1 Max Verstappen, Hizal envoyait un message clair à ses concurrents en établissant le meilleur temps du jour sur l'Autodromo Nazionale Monza, remportant ainsi la pole de la première course. Miyazono le suivait de près, tandis que Baptiste Beauvois (France) prenait la 3e place. Latkovski ne trouvera jamais son rythme et terminera 5e. Il était à présent temps pour les concurrents de s'affronter et d'engranger autant de points que possible dans les trois courses préliminaires, afin d'aborder la grande finale et ses points doublés dans les meilleures conditions.

Finale de la Nations Cup, Course 1

Une bataille intense de 12 tours au volant de la Motul Autech Nissan GT-R Super GT. Le site choisi : Autodromo Nazionale Monza, un circuit rapide offrant peu de possibilités de dépassement. L'aspiration allait donc s'imposer comme la stratégie à adopter, forçant les pilotes de tête à garder un œil sur leurs rétroviseurs.

Après avoir remporté la demi-finale de la veille, l'Allemand Mikail Hizal occupait la pole, débarrassé de son principal rival, le Brésilien Igor Fraga, éliminé de la compétition. Le règlement de la course imposait l'utilisation de pneus moyens et durs. Les quatre premiers pilotes de la grille, Hizal, Baptiste Beauvois (France), Takuma Miyazono (Japon) et Patrik Blazsán (Hongrie) avaient opté pour les Michelins les plus tendres, espérant ainsi creuser l'écart avant de s'équiper de pneus durs.

Le drapeau vert tomba et Hizal s'éloigna du peloton. De son côté, Beauvois (2e) commettait une erreur et écopait d'une pénalité de 0,5 seconde, laissant le champ libre à Miyazono. Blazsán le passait à son tour et s'installait en 3e place, tandis que les autres concurrents, équipés de pneus durs, disparaissaient derrière eux.

Alors que Hizal, Miyazono et Blazsán trouvaient leur rythme, Miyazono était confronté au pire des scénarios, éliminer Hizal tout en repoussant les attaques d'un Blazsán très agressif. Blazsán ne cessait de feinter pour empêcher Miyazono de se concentrer sur la corde, permettant ainsi à Hizal de grappiller quelques centièmes de seconde à chaque virage.

Au 7e tour, loin devant le peloton, le groupe de tête mené par Hizal s'arrêtait aux stands pour s'équiper de pneus durs. Entre-temps, Coque López (Espagne) réussissait un audacieux dépassement sur Jonathan Wong (Hong Kong) dans le virage 1, forçant son adversaire à continuer dans le gravier. Quel retour de la part de l'Espagnol, contraint vendredi de passer les repêchages. Cody Nikola Latkovski (Australie) en profitait pour passer à son tour.

Dans le 8e tour, Wong et les deux Italiens, Giorgio Mangano et Salvatore Maraglino, engageaient une valse à trois de laquelle Maraglino sortirait 7e. Rayan Derrouiche (France) tombait de façon surprenante à la 12e place, où il allait rester quelque temps, suite à une série de pénalités.

Il ne restait alors que trois tours. Dans le 9e, Miyazono n'était qu'à 0,37 seconde d'Hizal. Le tour suivant, le Japonais jouait la carte de l'aspiration, immédiatement contrée par l'Allemand. Soudain, Blazsán apparut derrière Miyazono. Dans le dernier tour, les trois hommes se tenaient dans un mouchoir de poche. Malgré les attaques de Blazsán, Miyazono défendra sa 2e place jusqu'au bout. Hizal fonçait quant à lui vers une victoire amplement méritée, tandis que Beauvois risquait le tout pour le tout dans le dernier virage (Parabolica) et privait le Hongrois de sa 3e place. Nul ne savait encore que Blazsán allait bientôt savourer sa vengeance.

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Mikail Hizal TRL_LIGHTNING 20:07.771
2 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +00.352
3 Baptiste Beauvois Veloce_TsuTsu +01.129
4 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +01.142
5 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +03.166
6 Coque López Williams_Coque14 +06.490
7 Salvatore Maraglino JIM_Pirata666_ +10.739
8 Daniel Solis CAR_Lamb +13.997
9 Giorgio Mangano Williams_Gio +14.257
10 Nicolás Rubilar FT_NicoR +14.959
11 Jonathan Wong CAR_Saika +15.290
12 Rayan Derrouiche Veloce_Miura +15.345

Finale de la Nations Cup, Course 2

La deuxième course des finales de la Nations Cup avait une seule règle : régularité. Sur le circuit historique de Spa-Francorchamps, sous la pluie, les concurrents se devaient de jouer la sécurité au volant de leur Toyota Dallara SF19 Super Formula. Ces monoplaces de course extrêmement rapides et leurs 542 chevaux habituels étaient ici équipés d'un mode de dépassement capable de tirer 80 chevaux supplémentaires des moteurs Toyota à turbocompresseur, même si personne n'aura l'audace de s'en servir sur piste mouillée.

En pole position, l'Allemand Mikail Hizal s'éloignait encore une fois du peloton dès le drapeau vert. Sans obstacle devant lui et, plus important encore, sans projections sur la visière, Hizal pilotait tel un possédé, effaçant rapidement les virages de cette course de 8 tours, atteignant parfois les 300 km/h sur la ligne droite malgré les averses.

À deux tours de l'arrivée, il devançait le second, Takuma Miyazono (Japon), de cinq bonnes secondes. Il lui aurait été facile de lever le pied et de ménager la traction de sa puissante SF19 mise à mal par les conditions atmosphériques, mais il préféra forcer le trait et creuser l'écart à chaque tour.

Miyazono conservera sa 2e place toute la course, suivi d'un solide Baptiste Beauvois (France). Le Hongrois Patrik Blazsán occupait la 4e place, talonné par le chouchou du public, Cody Nikola Latkovski (Australie). Sous de telles conditions, les pilotes firent preuve d'une extrême prudence dans cette deuxième manche de la finale mondiale de la Nations Cup, qui ne fit que confirmer le classement existant.

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Mikail Hizal TRL_LIGHTNING 18:34.974
2 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +06.228
3 Baptiste Beauvois Veloce_TsuTsu +07.678
4 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +09.121
5 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +11.197
6 Coque López Williams_Coque14 +13.479
7 Salvatore Maraglino JIM_Pirata666_ +15.956
8 Daniel Solis CAR_Lamb +18.278
9 Nicolás Rubilar FT_NicoR +19.490
10 Giorgio Mangano Williams_Gio +22.458
11 Jonathan Wong CAR_Saika +23.829
12 Rayan Derrouiche Veloce_Miura +24.910

Finale de la Nations Cup, Course 3

L'avant-dernière course de la Nations Cup 2019 allait être le théâtre d'une activité folle sur le Circuit de la Sarthe, terre des légendaires 24h du Mans. Très justement, l'épreuve allait se courir au volant de la Mazda LM55 Gran Turismo, un concept inspiré de la célèbre victoire de la marque d'Hiroshima en 1991, la 787B étant la seule voiture à moteur rotatif ayant remporté la redoutable course d'endurance.

La troisième course de la finale de la Nations Cup 2019, composée de 6 tours, imposait l'utilisation de pneus moyens et durs, ainsi qu'un arrêt carburant. Tous les pilotes allaient opter pour un départ sur pneus durs, à l'exception de Patrik Blazsán (Hongrie), qui espérait ainsi prendre de l'avance pendant l'arrêt aux stands de ses rivaux. Le drapeau vert allait marquer le début des hostilités. Takuma Miyazono (Japon) passait le leader au classement général, Mikail Hizal (Allemagne), dans la première série de virages. La situation n'allait cependant pas durer, puisqu'Hizal profitera de l'aspiration du leader sur la ligne droite de Mulsanne pour reprendre la tête.

Le Français Baptiste Beauvois allait retarder son freinage au bout de la ligne droite pour passer Hizal et Miyazono, mais l'Allemand, qui occupait une meilleure trajectoire, allait sortir plus rapidement du virage et récupérer la première place. Mizazono et Beauvois allaient dès lors se disputer la 2e place... Un excès d'agressivité de la part du Japonais éjectera le Français de la piste. Résultat : une catastrophique pénalité de quatre secondes pour le coupable de la faute, qui reculait à l'arrière du peloton. Une erreur dont il n'allait pas se remettre. La voie était libre pour Cody Nikola Latkovski, qui allait pouvoir récupérer la 2e place. Nous n'avions alors effectué qu'un tour !

Dans le 2e tour, Coque López (Espagne) et sa nouvelle coupe de cheveux remontaient de leur 6e place de départ à la 2e. Le tour terminé, tous les pilotes allaient s'arrêter aux stands pour s'équiper de pneus moyens, à l'exception de Blazsán. Malheureusement, la stratégie du Hongrois n'allait pas payer très longtemps, puisqu'il ne parviendra pas à creuser suffisamment l'écart. Sortant à son tour des stands après s'être équipé de pneus durs, il ne retrouvera le peloton qu'à une décevante 4e place.

López écopera à son tour d'une pénalité et laissera Latkovski reprendre sa 2e place sur la ligne droite de Mulsanne. Dans le dernier tour, Latkovski et López, au coude-à-coude, échangeront plusieurs fois leurs places et laisseront Hizal s'échapper jusqu'à la ligne d'arrivée.

Avec cette troisième victoire en trois courses, l'Allemand posait une sérieuse option sur le titre mondial. Miyazono fera preuve d'un esprit combatif pour remonter en 7e position, sauvant ainsi sa 2e place au général. Débarrassé de Beauvois, Latkovski conservait sa 3e place, tandis que López terminait 5e. Le décor était planté pour la grande finale.

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Mikail Hizal TRL_LIGHTNING 19:05.831
2 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +05.974
3 Coque López Williams_Coque14 +07.130
4 Rayan Derrouiche Veloce_Miura +07.681
5 Baptiste Beauvois Veloce_TsuTsu +08.323
6 Giorgio Mangano Williams_Gio +08.935
7 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +11.034
8 Daniel Solis CAR_Lamb +12.161
9 Jonathan Wong CAR_Saika +13.788
10 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +15.730
11 Salvatore Maraglino JIM_Pirata666_ +17.833
12 Nicolás Rubilar FT_NicoR +20.489

Grande finale de la Nations Cup

Le circuit sélectionné pour la grande finale des FIA GT Championships 2019 n'était autre que l'Autodromo de Interlagos (Brésil). Le champion du monde 2019 serait sacré au volant de la Red Bull X2019 Competition au terme des 22 tours de la course. Contrairement aux trois premières épreuves, les pilotes allaient devoir utiliser les trois types de pneus sur un minimum de six tours, les contraignant ainsi à s'arrêter au moins deux fois aux stands. La plupart des hommes de tête partaient sur des Michelins moyens, à l'exception du pilote en pole position, Hizal, équipé de pneus tendres. Il affichait dès lors clairement sa stratégie : s'écarter le plus vite possible du peloton et creuser l'écart jusqu'à l'arrivée.

Le drapeau vert lança une nouvelle fois Hizal en tête du groupe à l'entrée du premier virage. Daniel Solis (États-Unis), dont les excellentes performances étaient sans conteste la plus grosse surprise du week-end, ne tarda pas à lancer son attaque, profitant de ses pneus tendres pour remonter de la 8e à la 3e place en seulement trois tours. À l'amorce du 4e tour, le plan d'Hizal se déroulait sans accroc, avec une avance de quatre secondes sur le reste du groupe.

La suite fut une démonstration de manœuvres audacieuses à 300 km/h sur les deux lignes droites. Baptiste Beauvois (France) et Takuma Miyazono (Japon) dépassaient Coque López (Espagne) pour se placer en 4e et 5e place, tandis que Solis remontait sur Cody Nikola Latkovski, 2e.

Le gros du peloton s'arrêtera dans le 8e tour. Hizal et Solis allaient continuer pour rouler un maximum sur pneus tendres, plus rapides d'une seconde au tour que les moyens. Latkovski choisira de garder ses pneus tendres pour la fin, tandis que Miyazono et Beauvois sonnaient la charge dans l'espoir de reprendre Hizal, qui s'arrêtait le tour suivant pour s'équiper de pneus moyens.

Deux tours plus tard, Beauvois reprenait Solis, sur pneus moyens, et le dépassait dans le virage rapide d'Arquibancada. Miyazono, résolu à monter sur le podium mondial, battait à son tour Solis au freinage du virage 4 pour s'installer en 3e position, après avoir remonté quatre places. De son côté, Latkovski chutait rapidement au classement sur pneus durs et tombait à la 7e place.

Le tour 13 allait voir beaucoup de pilotes effectuer leur dernier arrêt. Ceux qui avaient gardé leurs pneus tendres pour la fin ne se firent pas attendre pour attaquer. Jonathan Wong (Hong Kong), passait Solis en 5e place et Latkovski filait devant Miyazono et Beauvois pour prendre la 2e place. Mais la question était : L'Australien aurait-il le temps de refaire son retard sur Hizal qui, à ce stade, menait de près de huit secondes ?

Miyazono, pour qui une 3e place serait synonyme non seulement de podium de course, mais de podium mondial, semblait se défendre comme si sa vie en dépendait, mais sa stratégie pneumatique allait se retourner contre lui... Beauvois, lui aussi susceptible de décrocher un podium mondial avec une 3e place en finale, se glissera devant le Japonais dans le tout dernier tour. Sorti de nulle part, Patrik Blazsán (Hongrie) sur pneus tendres se glissait devant le Français dans le 9e tour, le reléguant à la 4e place, au pied du podium, qui revenait dès lors à Miyazono. Blazsán venait de se venger de la première course du jour. (Miyazono l'inviterait-il peut-être à une soirée sushi pour cet incroyable cadeau.)

Mais le roi du jour était bien Hizal, qui venait de dominer les finales mondiales, menant presque de bout en bout avec 66 points (le maximum) et une confortable avance de 18 points devant le 2e, Latkovski, qui confirmait lui aussi malgré quelques erreurs inhabituelles son statut de pilote d'élite de course virtuelle.

L'imperturbable Hizal déclarera après avoir reçu le trophée de la Nations Cup : "Honnêtement, je suis soulagé car il s'agit peut-être de ma dernière finale mondiale. Je voulais vraiment tout donner cette année, au cas où mes études m'empêcheraient de revenir. J'étais très tendu aujourd'hui, je voulais à tout prix éviter les erreurs, mais tout s'est bien passé. Je n'arrive pas à y croire. C'était mon principal objectif de l'année et j'y suis arrivé. Je suis super content."

Latkovski, son dauphin, enchaînait : "Oui, je suis vraiment ravi du résultat. Les qualifications ne se sont pas passées comme j'aurais voulu, mais j'ai joué la carte de la sécurité et de la sagesse. J'ai fait ce qu'il fallait, quand il le fallait, sans erreur et c'est le plus important. Malheureusement, je n'ai pas pu remonter sur Mik (Hizal), mais c'était son année. Je cours avec lui depuis 2013, c'est un type incroyable et un super pilote. C'est un honneur d'être son ami."

Miyazono, qui occupait la dernière marche du podium, déclarait quant à lui après la course : "Je suis très heureux d'être arrivé jusqu'ici, mais je suis déçu de ce qui s'est passé sur le circuit de la Sarthe, où j'ai perdu toutes mes chances de victoire. Je dois être encore plus rapide et apprendre quand me retirer ou attaquer. Je ferai en sorte de travailler ça pour l'année prochaine et je reviendrai encore plus fort."

CLASSEMENT PILOTE TEMPS
1 Mikail Hizal TRL_LIGHTNING 29:20.343
2 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi +04.862
3 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros +10.328
4 Baptiste Beauvois Veloce_TsuTsu +10.442
5 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 +13.322
6 Rayan Derrouiche Veloce_Miura +17.022
7 Jonathan Wong CAR_Saika +17.054
8 Salvatore Maraglino JIM_Pirata666_ +17.421
9 Coque López Williams_Coque14 +19.450
10 Giorgio Mangano Williams_Gio +21.728
11 Daniel Solis CAR_Lamb +24.017
12 Nicolás Rubilar FT_NicoR +31.824
CLASSEMENT PILOTE Semi-Final COURSE 1 COURSE 2 COURSE 3 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 Mikail Hizal TRL_LIGHTNING 6 12 12 12 24 66
2 Cody Nikola Latkovski Nik_Makozi 6 6 6 10 20 48
3 Takuma Miyazono Kerokkuma_ej20 6 10 10 4 12 42
4 Baptiste Beauvois Veloce_TsuTsu 5 8 8 6 14 41
5 Patrik Blazsán Williams_Fuvaros 4 7 7 1 16 35
6 Coque López Williams_Coque14 1 5 5 8 4 23
7 Rayan Derrouiche Veloce_Miura 4 0 0 7 10 21
8 Salvatore Maraglino JIM_Pirata666_ 2 4 4 0 6 16
9 Jonathan Wong CAR_Saika 5 0 0 2 8 15
10 Giorgio Mangano Williams_Gio 5 2 1 5 2 15
11 Daniel Solis CAR_Lamb 3 3 3 3 0 12
12 Nicolás Rubilar FT_NicoR 4 1 2 0 0 7
FIA GT Championships 2019 | Nations Cup | Finales mondiales | Finale
Quel pilote sera sacré champion du monde ?

Retour à la liste