GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
FR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

MANUFACTURER SERIES
La lutte pour obtenir le titre des Manufacturer Series 2020 atteint son paroxysme !
Finale mondiale - Manufacturer Series 2020
19/12/2020

Après une année 2020 extraordinaire, un semblant de normalité est revenu grâce au miracle de la technologie qui a permis à 36 des meilleurs joueurs du monde de se réunir pour les Finales mondiales des Manufacturer Series des FIA Gran Turismo Championships. Les pilotes représentaient 12 constructeurs qualifiés par les séries en ligne en 30 manches qui se sont déroulées plus tôt dans l'année, dont les partenaires officiels Toyota et Mazda.

Avec trois pilotes pour représenter chaque constructeur, les équipes devaient affecter un pilote différent à chaque course, ce qui changeait donc des années précédentes puisqu'il n'y aurait pas de changement de pilote. Des points étaient attribués selon l'ordre d'arrivée, la grande finale octroyant le double de points. L'équipe avec le plus haut score à la fin de la journée devient alors championne des Manufacturer Series 2020.

Avant même que l'action ne commence, on pouvait déjà sentir la pression face à de si nombreux talents pour représenter les différentes équipes, rendant difficile tout pronostic. Le vainqueur du "World Tour 2020 – Sydney", le Japonais Takuma Miyazono, venait d'obtenir une nouvelle victoire au GR Supra GT Cup monotype et a rejoint l'équipe Subaru aux côtés du champion du monde de la Course des nations 2019, Mikail Hizal de Turquie (anciennement pour l'Allemagne). Le champion de la Course des Nations 2018, Igor Fraga du Brésil, était au sein d'une équipe talentueuse pour Honda avec le Japonais Shohei Sugimori et le champion des Séries en ligne de l'EMEA, l'Italien Valerio Gallo. Pendant ce temps, Mercedes-Benz avait deux vainqueurs de séries en ligne avec Cody Nikola Latkovski (Australie) et Lucas Bonelli (Brésil) ainsi que le second de l'EMEA, Baptiste Beauvois (France).

Course 1

Le lieu de la première épreuve était le circuit Sardegna - Road Track - A, sur lequel chaque équipe devrait utiliser les pneus tendres et les pneus moyens durant au moins un tour. Parmi les pilotes de Mercedes-Benz se trouvait Lucas Bonelli du Brésil (TGT_BONELLI). Avec un temps incroyable aux qualifications, il n'a eu aucun mal à s'emparer de la pole position. L'équipe Mercedes-Benz a décidé de commencer en pneus moyens, et Ford, Lamborghini et Porsche, situés juste derrière, n'allaient clairement pas le laisser s'en tirer facilement avec leurs pneus tendres.

Le Brésilien a cependant réussi à protéger sa position en début de course, et au 7e virage, c'est la Honda NSX, pilotée par l'Italien Valerio Gallo (Williams_BRacer), qui s'est faufilée jusqu'à l'Australien Matt Simmons (MINT_Matt) et sa Porsche 911 RSR pour prendre la 4e place. Tout au long du tour, Bonelli a repoussé les attaques du Japonais Tatsuhiko Kato (Tatsukt) dans sa Ford GT et de l'Australien Daniel Holland (MetalGear9493) dans sa Lamborghini Huracán. Une performance impressionnante si l'on considère que les pneus moyens sont 0,7 seconde plus lents au tour comparés aux tendres.

Au 3e tour, la Ford GT a enfin réussi à faire céder la Mercedes-Benz AMG GT3 pour prendre la tête. Pendant ce temps, la Porsche 911 RSR a dépassé la Honda NSX pour aller se coller à l'arrière de la Lamborghini Huracán. Et pendant que la Mercedes-Benz, plus lente, retardait le reste du peloton, la Ford GT de Kato a commencé a prendre de l'avance. Le tour suivant, la Lamborghini a dépassé la Mercedes-Benz, laissant Bonelli face à l'agressivité de la Porsche 911 RSR de Simmons. Au début du 6e tour, le Brésilien est passé aux stands pour prendre des pneus tendres. Avec les pneus moyens validés, son objectif était de rester en pneus tendres pour le reste de la course.

À la moitié du 6e tour, un combat intense s'est déroulé pour la 5e place quand la Subaru WRX pilotée par l'Américain Daniel Solis (PX7-Lamb) et la GT by Citroën pilotée par le Canadien Andrew Brooks (PX7-Deafsun) s'en sont pris à Simon Bishop (sidawg2), le pilote de Nouvelle-Zélande dans la Toyota GR Supra. Ils sont passés à trois de front dans le virage 8, et c'est la Citroën qui en a triomphé, suivie par la Subaru WRX. Bishop s'est retrouvé à la fin, seul pour affronter l'Audi R8 LMS de l'Australienne Emily Jones (emreeree), la seule pilote féminine de l'événement. Au début du 7e tour, la plupart des voitures se sont arrêtées aux stands et la Ford GT profitait d'une avance de 1,7 seconde.

Le tour d'après, les deux pilotes de tête, des équipes Ford et Lamborghini, ont eux aussi fait leur arrêt aux stands, permettant à la Mercedes-Benz de repasser devant. C'était désormais un sprint jusqu'à la ligne d'arrivée, avec les voitures dans l'ordre suivant : Mercedes-Benz, Ford, Lamborghini, Honda, Porsche et BMW.

Au 9e tour, la Porsche 911 RSR et la Lamborghini Huracán se sont retrouvées au coude à coude, aucune ne voulant concéder le moindre centimètre.

Holland, dans la Lamborghini, a empêché plusieurs fois Simmons de passer, mais ce dernier n'était pas d'humeur à se laisser repousser et a donc continué de le harceler. La BMW M6 GT3 de Coque López (Williams_Coque14), en pneus tendres, est grimpé aux côtés de la 911 RSR pour se joindre à l'assaut. C'est là qu'un véritable désastre est survenu quand Simmons a perdu le contrôle de son véhicule, sortant de la piste (RACE1_05). Une seconde plus tard, Brooks l'a suivi, faisant sortir sa GT by Citroën hors de contrôle.

Au 12e tour, la Mercedes-Benz AMG GT3 avait 4 secondes d'avance, laissant la Ford GT et la Honda NSX se battre pour la 2e place, ce qu'elles ont fait avec beaucoup de style. Dans chaque virage, Gallo tentait de mieux gérer le freinage de sa Honda NSX pour pouvoir passer la Ford GT, mais Kato l'en empêchait à chaque fois, ne se laissant pas intimider par la conduite agressive de l'Italien. Pendant ce temps, un combat pour la 4e place se déroulait également, la BMW M6 GT3 de López commençant à attaquer la Lamborghini Huracán de Holland.

Bonelli a fait passer sa Mercedes-Benz AMG GT3 en premier sur la ligne d'arrivée, Gallo a tenté tout ce qu'il pouvait pour dépasser Kato, mais sans succès, faute de temps et des tours nécessaires, permettant ainsi à la Ford GT de prendre la 2e place devant la Honda NSX.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Mercedes-Benz Lucas Bonelli 25:21.922
2 Ford Tatsuhiko Kato +06.910
3 Honda Valerio Gallo +06.994
4 BMW Coque López +11.210
5 Lamborghini Daniel Holland +10.013
6 Subaru Daniel Solis +13.490
7 Toyota Simon Bishop +14.249
8 Audi Emily Jones +16.969
9 Volkswagen Donovan Parker +17.798
10 Mazda Fabian Portilla +17.804
11 Porsche Matt Simmons +18.031
12 Citroën Andrew Brooks +25.672

Course 2

Contrairement à l'année précédente, l'ordre d'arrivée de la course précédente n'allait pas décider de l'ordre de départ pour celle-ci. C'est une nouvelle session de qualification qui allait s'en charger. Et la voiture qui allait partir en pole position pour cette course en 17 tours sur le fameux Red Bull Ring de Spielberg, en Autriche, était la Toyota GR Supra pilotée par le Brésilien Adriano Carrazza (KoA_Didico15). Derrière lui, nous avions le Péruvien Alonso Regalado (TX3_jara) dans la GT by Citroën, qui décida de partir en pneus tendres, comme Carrazza, pour mettre un peu d'écart avec le reste du peloton, entièrement en pneus moyens.

L'action a commencé dès que le drapeau vert a été baissé, la Lamborghini Huracán pilotée par l'Américain Manuel Troncoso (MATE_mata-boy) dépassant la BMW M6 GT3 de son compatriote Randall Haywood (TX3_Originals). L'action n'a fait que s'intensifier au 2e tour quand Haywood a décidé de passer à l'offensive en suivant un tracé risqué dans le 2e virage, Remus, réussissant ainsi à dépasser la Mercedes-Benz AMG GT3 de l'Australien Cody Nikola Latkovski (Nik_Makozi) ainsi que l'Huracán à la sortie du virage.

Pendant que les voitures du milieu et de la fin du peloton se battaient ardemment, les trois premières équipes, Toyota, Citroën et Subaru, ont pu creuser un écart de 2,5 secondes.

Le 4e tour a vu une escarmouche se déclencher entre la Porsche 911 RSR de l'Américain Tristan Bayless (roadbeef), la Honda NSX du Japonais Shohei Sugimori (s-shohei_), la Volkswagen Beetle de l'autre Japonais Soma Iseri (Arrow71sr) et la Mazda RX-Vision GT3 pilotée par l'Australien Jay Wong (FSR_DB007). Les quatre voitures se sont touchées plusieurs fois en tentant de prendre le dessus. Au 6e tour, les deux premiers, l'équipe Toyota et l'équipe Citroën, toutes deux en pneus tendres, avaient 6 secondes d'écart avec la Subaru WRX du Japonais Takuma Miyazono (Kerokkuma_ej20), en pneus moyens.

Le tour suivant, c'est un escadron de voitures qui s'est arrêté aux stands, donc la Subaru WRX de Miyazono et la BMW M6 d'Haywood, pour changer leurs pneus moyens par des pneus tendres qui devaient durer jusqu'à la fin de la course. Le tour suivant, c'est un nombre encore plus important de voitures qui se sont arrêtées, dont la GT by Citroën de Regalado en 2e position, qui avait décidé qu'il était temps de passer aux pneus moyens. Le tour suivant, le pilote en première position, Carrazza de chez Toyota, s'est arrêté avec une avance de 14 secondes, lui permettant de retourner sur la piste en conservant la première position, devant la GT by Citroën.

Avec seulement 7 tours avant la fin, la question que tout le monde se posait était : "Miyazono pourra-t-il rattraper les meneurs de la course en pneus moyens grâce à ses pneus tendres ?" Une moitié de la réponse est arrivée au 12e tour quand la Subaru WRX a dépassé la GT by Citroën pour passer en 2e place. Même si Miyazono n'avait plus que Carrazza à rattraper, le Brésilien n'allait pas se laisser faire si facilement, poussant sa Supra dans ses derniers retranchements et usant de ses pneus moyens au maximum de leurs performances. Au 14e tour, la Mercedes-Benz AMG GT3 de Latkovski a doublé la BMW M6 GT3 d'Haywood dans une manœuvre osée pour prendre la 4e place.

Pendant ce temps, la Subaru WRX collait à l'arrière de la Toyota GR Supra (RACE2_05) et cherchait la moindre occasion de passer.

Miyazono a défié Carrazza à tous les virages, mais le Brésilien a réussi à le tenir en respect, du moins jusqu'au virage final du dernier tour, où Miyazono a utilisé une tactique téméraire pour faire passer la Toyota à sa WRX et voler la victoire.

Grâce à ce succès, l'équipe Subaru possédait un total de 17 points, leur donnant une bonne chance de gagner le titre de la Manufacturer Series, mais Mercedes-Benz était toujours devant avec 19 points grâce à la 4e place obtenue par Latkovski.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Subaru Takuma Miyazono 25:26.650
2 Toyota Adriano Carrazza +00.153
3 Citroën Alonso Regalado +02.221
4 Mercedes-Benz Cody Nikola Latkovski +02.310
5 BMW Randall Haywood +02.589
6 Lamborghini Manuel Troncoso +03.367
7 Audi Vinicius Neto +06.527
8 Porsche Tristan Bayless +09.430
9 Volkswagen Soma Iseri +11.835
10 Ford Adam Wilk +15.814
11 Mazda Jay Wong +21.145
12 Honda Shohei Sugimori +24.052

Grande finale

La dernière course de la journée allait voir deux anciens champions du monde s'affronter, les rivaux Igor Fraga du Brésil (IOF_RACING17) et Mikail Hizal de la Turquie (TRL_MH16). Toute la pression reposait sur les épaules d'Hizal qui devait capitaliser sur la performance de Daniel Solis (États-Unis) en course 1 (6e place) et la victoire de Takuma Miyazono en course 2 pour permettre à l'équipe Subaru de remporter le championnat.

Les deux premières places de la Grande finale, une épreuve d'endurance en 30 tours sur le circuit relativement compliqué d'Autodromo de Interlagos, étaient occupées par le Chilien Nicolás Rubilar (FT_NicoR) dans la BMW M6 GT3 suivi de la Honda NSX de Fraga. Ils avaient tous deux opté pour commencer la course avec des pneus tendres, tandis que la Porsche 911 RSR du Chilien Angel Inostroza (YASHEAT_Loyrot), en 3e position, et la Mercedes-Benz AMG GT3 du Français Baptiste Beauvois (PRiMA_TsuTsu), en 4e position, partaient avec des pneus moyens. Les autres pilotes, notamment Hizal à bord de la Subaru WRX en P5, ont choisi des pneus durs avec l'intention de ne les utiliser que pour un tour.

Après un départ propre, les voitures se sont mises en file indienne, personne ne souhaitant agir de manière inconsidérée si tôt dans la course. Au second tour, la Mazda RX-Vision GT3 pilotée par le Japonais Ryota Kokubun (Akagi_1942mi) a dépassé la Subaru de Hizal pour prendre la 5e place, mais ça n'a pas été une lutte acharnée car le pilote turc avait une stratégie à long terme. Comme on pouvait s'y attendre, les BMW et Honda ont creusé l'écart en raison de leurs pneus, et une fois au 5e tour cet écart était rendu à quatre secondes.

L'action s'est intensifiée au 7e tour lorsque le pilote français Thomas Scibilia (R8G_SpideeR), au volant de sa Lamborghini Huracán, a dépassé la Ford GT du Hongrois Ádám Tápai (TRL_ADAM18) dans le virage 3. À la fin de ce tour, Rubilar et sa BMW M6 GT3 ont fait un arrêt aux stands pour équiper un nouvel ensemble de pneus tendres. Au tour suivant, Fraga a opté pour la même stratégie que Rubilar, choisissant des pneus tendres une nouvelle fois.

Une fois au tiers de la course, c'est-à-dire au 10e tour, l'ordre des équipes était le suivant : BMW, suivi par Porsche qui ne s'était pas encore arrêté aux stands, Honda puis Mercedes-Benz. Cet ordre allait cependant changer plusieurs fois avant la fin de la course. Lors du 12e tour, Fraga a décidé d'agir en poussant sa Honda NSX pour dépasser la Porsche 911 RSR d'Inostroza dans le premier virage afin de lui soutirer la 2e place, cherchant à réduire l'avance de 4,2 secondes de BMW.

Après l'arrêt aux stands de la Porsche au 13e tour et son retour sur la piste en P3, BMW et Honda menaient la danse. Pendant ce temps, Hizal continuait à pousser sa WRX dans ses derniers retranchements, dépassant la Mazda RX-Vision GT3 à 260 km/h dans la ligne droite pour prendre la 4e place. La piste étant libre devant lui, il a commencé à réduire l'écart entre sa WRX sur pneus tendres (ayant déjà accompli ses obligations en matière de pneus) et la 3e place occupée par la Porsche 911 RSR d'Inostroza. Le tour suivant a vu Rubilar s'arrêter aux stands et opter pour des pneus moyens, et bien qu'il soit revenu en 1re place sur le circuit, la Porsche 911 RSR, la Honda NSX et la Subaru WRX, toutes équipées de pneus tendres plus rapides, étaient sur ses talons. Étrangement, Fraga a décidé de ne rien changer sur sa Honda NSX.

Au 20e tour, le japonais Koki Mizuno (Gori_R4ichi), à bord de sa GT by Citroën, a dépassé la Mercedes-Benz AMG GT3 de Beauvois, qui pouvait boucler le championnat pour la marque allemande avec une belle position. Ensuite, la Subaru a fait son dernier arrêt aux stands et pris des pneus tendres encore une fois, avec l'intention de les utiliser jusqu'à la fin. Hizal a rejoint la course en 6e position et devait maintenant réduire un écart de 16 secondes avec le leader en l'espace de 10 tours. Mais vu que de nombreuses voitures devant lui devaient encore marquer un arrêt, rien n'était encore bien défini.
Au 22e tour, dans sa Honda NSX, Fraga a dépassé la Porsche 911 RSR d'Inostroza dans la ligne droite pour prendre possession de la 2e place. Concentré sur la voiture en tête de course, la BMW de Rubilar, Hizal a de son côté continué à enchaîner les tours rapides, reprenant ainsi la 4e position.

Un brin de nostalgie s'est emparé du circuit au 24e tour lorsque la NSX de Fraga est sortie des stands aux côtés de la Subaru WRX de Hizal. Les deux anciens champions du monde s'étaient affrontés pendant toute la première partie de la course, se dépassant plusieurs fois dans les virages et changeant mutuellement de positions.

Bien que la Subaru soit visiblement la voiture la plus rapide grâce à ses pneus, Hizal n'était pas pressé de dépasser Fraga après l'arrêt aux stands de Rubilar et sa BMW, sachant que le pilote brésilien allait devoir faire un autre arrêt pour équiper des pneus durs. Lors du dernier tour de la course, Fraga est entré aux stands et a relégué Honda en 4e position, mettant fin à ses espoirs de remporter le championnat et permettant à Hizal de foncer jusqu'à la ligne d'arrivée devant la BMW M6 GT3 de Rubilar et la Porsche 911 RSR d'Inostroza, avec une avance confortable de quatre secondes.

Avec un total de 41 points, Daniel Solis, Takuma Miyazono et Mikail Hizal ont offert à Subaru son premier titre des Manufacturer Series ; l'équipe BMW est arrivée 2e avec un total de 36 points, et l'équipe Mercedes-Benz 3e avec 31 points.

Hizal a déclaré après la course, "Je pense que c'est une bonne façon de terminer 2020. J'ai eu un peu peur lors des qualifications parce que j'ai fait une erreur dans le dernier virage qui m'a relégué en P5, mais j'ai suivi notre stratégie aux stands et me suis simplement concentré sur ma course. Daniel et Miyazono-san me tenaient informé par radio de ce qu'il se passait sur la piste, ce qui m'a beaucoup aidé. Ça a été un beau travail d'équipe."

Quant à Miyazono, il a déclaré : "Les gens me qualifient de maître stratège, mais cette fois-ci ce sont Mikail et Daniel qui ont monté notre stratégie. Ce n'est pas la victoire d'un seul pilote, mais de toute l'équipe. Je suis vraiment ravi du résultat."

Solis, ému, a ajouté : "J'étais stressé tout du long pendant la première course. Je m'étais dit que je serais chanceux d'arriver 10e en pilotant bien, mais je suis vraiment ravi de ma performance et du fait que ma 6e place ait pu aider mes coéquipiers."

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Subaru Mikail Hizal 45:57.400
2 BMW Nicolás Rubilar +04.326
3 Porsche Angel Inostroza +08.747
4 Honda Igor Fraga +09.627
5 Mercedes-Benz Baptiste Beauvois +12.370
6 Mazda Ryota Kokubun +12.409
7 Citroën Koki Mizuno +12.499
8 Ford Ádám Tápai +14.057
9 Volkswagen Nicolás Romero Díaz +17.287
10 Toyota Tomoaki Yamanaka +18.725
11 Audi Manuel Rodríguez +22.828
12 Lamborghini Thomas Scibilia +29.041

Finale mondiale - Manufacturer Series 2020

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES Points World Tour COURSE 1 COURSE 2 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 Subaru Mikail Hizal / Takuma Miyazono / Daniel Solis 0 5 12 24 41
2 BMW Nicolás Rubilar / Randall Haywood / Coque López 3 7 6 20 36
3 Mercedes-Benz Baptiste Beauvois / Cody Nikola Latkovski / Lucas Bonelli 0 12 7 12 31
4 Honda Igor Fraga / Shohei Sugimori / Valerio Gallo 0 8 0 14 22
5 Porsche Angel Inostroza / Tristan Bayless / Matt Simmons 2 0 3 16 21
6 Ford Ádám Tápai / Adam Wilk / Tatsuhiko Kato 0 10 1 6 17
7 Citroën Koki Mizuno / Alonso Regalado / Andrew Brooks 0 0 8 8 16
8 Toyota Tomoaki Yamanaka / Adriano Carrazza / Simon Bishop 0 4 10 2 16
9 Mazda Ryota Kokubun / Jay Wong / Fabian Portilla 0 1 0 10 11
10 Lamborghini Thomas Scibilia / Manuel Troncoso / Daniel Holland 0 6 5 0 11
11 Volkswagen Nicolás Romero Díaz / Soma Iseri / Donovan Parker 0 2 2 4 8
12 Audi Manuel Rodríguez / Vinicius Neto / Emily Jones 0 3 4 0 7
FIA GT Championships 2020 | Manufacturer Series | Finales mondiales | Finale
Le travail d'équipe de chaque constructeur sera mis à l'épre...

Retour à la liste