GT

Please select your country / region

Close Window
Communauté GT SPORT
FR
HautComptes-rendusNations CupManufacturer SeriesCalendrierArchives

Retour à la liste

MANUFACTURER SERIES
Mercedes-Benz règne sans partage sur le World Tour 2019 - Red Bull Hangar-7
17/09/2019

Salzbourg, AUTRICHE (13 septembre 2019) – La quatrième manche des séries 2019 des FIA Gran Turismo Championships s'est ouverte aujourd'hui, dans le spectaculaire Red Bull Hangar-7, au milieu des avions exotiques et des voitures de course. Les Manufacturer Series se sont tenues le premier jour, 36 concurrents venus du monde entier, 12 équipes de trois pilotes pour défendre les couleurs de leur constructeur. Mercedes-Benz régnera finalement sans partage à Salzbourg avec un deuxième titre dans les séries 2019.

World Tour 2019 | Red Bull Hangar-7 | Manufacturer Series
Regarder sur la page Gran Turismo LIVE

Les Manufacturer Series se jouaient ici, dans le Red Bull Hangar-7, sous un nouveau format de seulement deux courses : Course 1 et Grande finale, dans laquelle les points compteraient double. Chaque course imposait aux trois pilotes de participer et d'utiliser les trois types de pneus sur au moins un tour (tendres, moyens et durs), hormis sous la pluie, où les équipes seraient équipées de pneus pluie.

Course 1

La grille de départ dépendait des résultats de la session de qualification, suivi des qualifications du Top 6. L'Audi R8 LMS pilotée par Martin Grady (Royaume-Uni) était en pole, la Porsche 911 RSR de Tatsuya Sugawara (Japon) en 2e et Lewis Bentley (Royaume-Uni) au volant de la Peugeot RCZ Gr. 3 était 3e. Le site : 17 tours sur le très technique Red Bull Ring, sous une pluie battante.

La course débuta sans incident et les 12 voitures négocièrent en douceur le premier virage de ce départ lancé. Pas de stratégie pneumatique, cette fois, puisque toutes les équipes étaient dotées de pneus pluie. L'ordre allait rester inchangé sur les premiers tours, le gros de l'action se concentrant sur le milieu de peloton, où les machines à moteur à l'avant/propulsion arrière peinaient à trouver la traction suffisante sur une surface glissante.

Dans le 5e tour, la Mercedes-Benz AMG GT3 commença à trouver son rythme, ayant préalablement abandonné sa 4e place au général à la Ford GT d'Adam Wilk (Australie). Elle la récupérera cependant avec la manière dans le Virage 4 avec Tom Lartilleux (France). Le tour suivant, la Porsche décidait de s'arrêter aux stands pour s'équiper d'un train neuf et permettre au Brésilien Daniel Carmo de prendre le volant. La 911 allait retrouver la course en 4e position, à seulement quatre secondes du leader.

L'Audi R8 LMS maintenait son avance sur Peugeot RCZ et la Mercedes-Benz AMG GT3 sur toute la première moitié de la course lorsque l'équipe Mercedes-Benz décida de plonger aux stands dans le 8e tour pour s'équiper de Michelin neufs et placer son meilleur pilote, Cody Nikola Latkovski (Australie) au volant. Peut-être pour répondre à la stratégie de son adversaire, Audi s'arrêtait à son tour pour changer de pneus et de pilote, en la personne du Néo-Zélandais Hayden Hunter. Au terme d'un arrêt éclair, Audi revenait en 2e position, à seulement 0,5 seconde derrière la Peugeot qui devait encore s'arrêter. Dans le 11e tour, la Peugeot effectuait son premier arrêt et le Japonais Takuya Okamoto prenait les commandes, suivi de près par Porsche pour son 2e arrêt, venue accueillir son pilote star Tristan Bayless (États-Unis) pour le reste de la course. Audi adoptera la même stratégie et s'arrêtant un tour plus tard pour permettre à l'Américain Zach Pettinicchi de clore l'épreuve.

La plus belle action de la course aura lieu au 13e tour, lorsque Latkovski, dans la Mercedes-Benz, tendit un piège à la Peugeot dans les virages 5 et 6, avant de porter le coup fatal dans le 7e, talonné de près par l'Audi. Alors que s'ouvrait le 15e tour, la course ne semblait plus devoir se décider qu'entre quatre équipes : Team Audi en tête et Team Porsche, les deux autres (Mercedes-Benz et Peugeot) ayant encore un arrêt à effectuer. Une fois la piste dégagée, l'Audi R8 LMS allait passer la ligne en premier pour empocher les 12 points, suivie de la Porsche 911 RSR avec 10 points. Mercedes-Benz terminait 3e avec 8 points.

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES TEMPS
1 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Zach Pettinicchi 30:20.086
2 Porsche Tristan Bayless / Daniel Carmo / Tatsuya Sugawara +00.415
3 Mercedes-Benz Anthony Felix / Tom Lartilleux / Cody Nikola Latkovski +02.743
4 Peugeot Lewis Bentley / Richard Castro / Takuya Okamoto +05.648
5 Ford Armen Aghakhan / Marco Grasso / Adam Wilk +07.062
6 Aston Martin Nick McMillen / Fabian Portilla / Ayumu Takida +27.651
7 Jaguar Vinicius Neto / Florent Pagandet / Kenny Conomos +28.833
8 Toyota Tomoaki Yamanaka / Simon Bishop / Manuel Rodríguez +31.942
9 Lexus Andrew Brooks / Adriano Carrazza / Baptiste Beauvois +32.388
10 Chevrolet Nicolas Schwendimann / Marco Mendoza / Michael Avansino +32.574
11 BMW Nicolás Rubilar / Coque López / Soma Iseri +33.920
12 Hyundai Steven Cotton / Tatsuro Hoshino / Agustín Cajal +45.768

Grande finale

La grille dépendait ici de la course précédente. L'Audi R8 LMS allait donc partir en pole pour 17 tours sur le légendaire Spa-Francorchamps, sous un ciel sans nuages. Les points de la grande finale comptaient double, tout restait possible pour les concurrents.

La course fut lancée tambour battant, la Mercedes-Benz AMG GT3 de Lartilleux, sur pneus tendres, passant Bayless et la Porsche, sur moyens, dans le premier virage. Quelques secondes plus tard, Lewis Bentley perdait le contrôle de sa Peugeot RCZ Gr.3 dans Eau Rouge (virages 2, 3 et 4) et écrasait le nez de sa voiture dans le mur, tombant par la même occasion à la dernière place. Entre-temps, Lartilleux fonçait tête baissée sur Kemmel Straight pour prendre la première place de l'Audi R8 LMS, suivi de Bayless dans sa Porsche. Au terme du premier tour, le classement était le suivant : Mercedes-Benz, Porsche, Audi et Aston Martin.

Alors que Mercedes-Benz s'éloignait progressivement du peloton, creusant un écart de plus de six secondes en 6 tours, une lutte acharnée pour la 3e place commençait à gronder. Pettinicchi dans son Audi faisait son possible pour repousser quatre voitures menées par Fabian Portilla (Chile) dans l'Aston Martin Vantage, suivi de la Ford GT de Wilk et la Chevrolet Corvette pilotée par Michael Avansino (États-Unis). Audi cédera finalement la place en s'arrêtant aux stands à la fin du 6e tour pour s'équiper de pneus tendres et passer le volant à Hunter. L'Audi reviendra dans la course en 6e place.

À la mi-course, alors que le ciel se couvrait, le leader Mercedes-Benz s'arrêtait aux stands, remplissait ses réservoirs et installait des pneus durs (une seconde plus lents au tour que les tendres). Anthony Felix (États-Unis) prenait les commandes. Les stands allaient changer l'ordre de la course : Porsche prenait la 1re place, avec plus de 19 secondes d'avance sur Audi et Aston Martin, la Mercedes-Benz les suivant à 1,5 seconde en 4e position. De son côté, la Team BMW avec Coque López au volant remontait de sa 11e place de départ à la 5e.

Dans le 9e tour, Porsche rejoignait les stands pour son premier arrêt, faisait le plein et changeait des pneus moyens pour des durs. Mercedes-Benz l'avait imitée et passait sur des pneus moyens légèrement plus rapides. Le dernier pilote, Latkovski, allait pouvoir conclure sans se soucier des stands. Porsche reprenait la course en tête, avant de s'arrêter à nouveau le tour suivant, en règle avec les conditions de course lui imposant au moins un tour sur chaque type de pneus. Comme Mercedes-Benz, il s'agissait désormais de foncer jusqu'à l'arrivée, avec Sugawara au volant de la 911. De son côté, Aston Martin prenait la tête, mais s'arrêtait bientôt comme d'autres aux stands, laissant la tête du classement à Mercedes-Benz.

Dans le 14e tour, une bataille acharnée pour la 4e place opposait Tomoaki Yamanaka (Japon) dans la Toyota Supra Racing Concept, parti en 8e position et Kenny Conomos (Australie) dans la Jaguar F-Type Gr.3. Au côte à côte sur presque toute la deuxième moitié du circuit, la Toyota finira par dépasser la Jag au bout de Kemmel Straight. Yamanaka allait pouvoir attaquer son compatriote, Sugawara, 2e au volant de la Porsche. Ce sera chose faite un tour plus tard.

La Team Mercedes-Benz remporte confortablement la victoire avec 8 secondes d'avance, empoche 32 points et gagne le titre général. La Team Toyota surprend tout le monde en terminant 2e, assez pour obtenir la 3e place au général avec 23 points. La 3e place de Porsche dans la grande finale lui assure la 2e place au général (26 points). La Team Mercedes-Benz reste cependant la star du jour, avec cette deuxième victoire consécutive, après le championnat du mois dernier sur le Word Tour 2019 - New York.

"On a tous fait notre travail. Je n'ai rien à dire de plus. On a tout fait à la lettre, on n'a laissé passer aucune occasion, on a tenté notre chance et pris des risques et ça a payé. Je trouve la nouvelle structure intéressante, elle favorise le travail d'équipe, même si les courses individuelles restent importantes," déclarait Latkovski de la Team Mercedes-Benz après la course.

World Tour 2019 - Red Bull Hangar-7
Résultats de la finale des Manufacturer Series

CLASSEMENT CONSTRUCTEUR / PILOTES COURSE 1 GRANDE FINALE TOTAL DES POINTS
1 Mercedes-Benz Anthony Felix / Tom Lartilleux / Cody Nikola Latkovski 8 24 32
2 Porsche Tristan Bayless / Daniel Carmo / Tatsuya Sugawara 10 16 26
3 Toyota Tomoaki Yamanaka / Simon Bishop / Manuel Rodríguez 3 20 23
4 Jaguar Vinicius Neto / Florent Pagandet / Kenny Conomos 4 14 18
5 Aston Martin Nick McMillen / Fabian Portilla / Ayumu Takida 5 12 17
6 Ford Armen Aghakhan / Marco Grasso / Adam Wilk 6 10 16
7 Audi Hayden Hunter / Martin Grady / Zach Pettinicchi 12 4 16
8 BMW Nicolás Rubilar / Coque López / Soma Iseri 0 8 8
9 Lexus Andrew Brooks / Adriano Carrazza / Baptiste Beauvois 2 6 8
10 Peugeot Lewis Bentley / Richard Castro / Takuya Okamoto 7 0 7
11 Chevrolet Nicolas Schwendimann / Marco Mendoza / Michael Avansino 1 2 3
12 Hyundai Steven Cotton / Tatsuro Hoshino / Agustín Cajal 0 0 0

L'événement World Tour 2019 - Red Bull Hangar-7 se terminera demain avec la Nations Cup, dans laquelle 24 des meilleurs pilotes du monde, venus représenter leurs pays respectifs, s'affronteront pour une place convoitée en finale mondiale.

Retour à la liste